Wines tested for insecticides by France Info.

ENQUETE FRANCEINFO. Additifs, pesticides… Le vin que vous buvez ne contient pas que du raisin : découvrez le résultat de nos analyses.

The wine that you drink contains more than grapes: Discover the results of our tests.

Jusqu’à quinze résidus de pesticides différents ont été retrouvés dans certaines bouteilles de bordeaux, selon les conclusions d’un laboratoire que nous avons mandaté.

Up to fifteen different pesticide residues were found in certain bottles of Bordeaux, according to the results from the laboratory we asked to test the wine.   

Franceinfo a fait analyser dix bouteilles de vin différentes, afin d\'en connaître la composition.
Franceinfo a fait analyser dix bouteilles de vin différentes, afin d’en connaître la composition. (PASCAL PAVANI / AFP). We analysed ten different  bottles of wine to discover their composition.

Les grilles d’un ancien château, des vignes à perte de vue, une barrique en chêne… Lorsque vous achetez une bouteille de bordeaux, l’étiquette vous plonge dans le monde merveilleux du terroir viticole. Mais que vous dit-elle de la composition du vin que vous allez boire ? Pas grand-chose. A part le taux d’alcool et une vague indication concernant la présence de sulfites, vous n’aurez pas la possibilité, en la lisant, de connaître la liste complète des ingrédients ni les valeurs nutritionnelles du vin. Pourtant, ce doux nectar, à consommer avec modération, ne contient pas seulement du raisin… loin de là.

Pour en savoir plus, nous avons fait analyser dix bouteilles de vin, en choisissant une même zone géographique – elles sont toutes produites dans un rayon de 50 km autour de Bordeaux – et une même année de production, 2016. Dans notre panier : du blanc, du rouge. Du conventionnel, du bio et du “vin naturel”, une démarche informelle qui a pour but de se passer au maximum de pesticides de synthèse et d’additifs. L’addition, elle, est comprise entre 4 et 17 euros par bouteille. Quelques jours après nos emplettes, le laboratoire Dubernet, spécialisé dans l’œnologie et situé dans l’Aude, nous a envoyé les résultats des analyses. Voici ce que nous avons découvert.

Les dix bouteilles que nous avons analysées.
Les dix bouteilles que nous avons analysées. (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

“Des doses de sulfites potentiellement problématiques”

Premier constat, sans surprise : toutes nos bouteilles contiennent du dioxyde de soufre, parfois en grande quantité. Ce composé, plus connu sous le nom de sulfites, permet d’empêcher l’oxydation des vins et le développement de bactéries. Sans lui, la conservation du vin est très compliquée. Sa présence est indiquée sur l’étiquette, au-delà d’un certain seuil. “C’est tout sauf négligeable, explique Christophe Lavelle, biophysicien, chercheur au CNRS et spécialiste de l’alimentation, à franceinfo. Une consommation élevée de soufre peut être un problème. Mais ses effets sont totalement liés à l’individu, ça va du mal de crâne aux réactions allergiques.”

Dans le vin, on atteint des doses de sulfites potentiellement problématiques pour des consommateurs.Christophe Lavelle, chercheur au CNRSà franceinfo

Tous les producteurs des dix bouteilles testées s’accordent sur la nécessité de ces sulfites, à des niveaux différents. “Faire du zéro soufre, ce n’est pas possible, tranche Thibault Despagne, vigneron dans l’Entre-deux-Mers. En revanche, baisser sa quantité, c’est très intéressant. On réfléchit justement à la façon de la diminuer encore.” Son vin blanc “Biface” de 2016 en contient un peu plus de 100 mg par litre. Une dose certes importante, mais bien au-dessous de la limite autorisée pour ce type de vin (250 mg/L).

Des doses de 10 à… 202 mg/L

Même les producteurs de “vins naturels” défendent une utilisation raisonnable de ces sulfites. “Je rajoute parfois un peu de soufre pour qu’un consommateur qui paye ma bouteille 15 euros ne se retrouve pas avec un truc imbuvable dans quatre ans”, reconnaît Vincent Quirac, vigneron, à franceinfo. Selon nos analyses, son vin “naturel” contient seulement 10 mg/L de sulfites, alors que la législation en autorise jusqu’à 150 mg/L pour le vin rouge conventionnel. Ce vin est d’ailleurs le moins chargé en sulfites de toutes nos analyses.

La quantité de sulfites détectée.
La quantité de sulfites détectée. (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

Tout est donc une question de dosage : sur nos dix vins analysés, les quantités de sulfites varient de 10 mg/L à 202 mg/L. Seul hic : il est impossible de le savoir en regardant l’étiquette de votre bouteille. La législation impose simplement d’indiquer “contient des sulfites” à partir de 10 mg/L. “Ce serait intelligent d’avoir le dosage en soufre, estime Christophe Lavelle, chercheur au CNRS. C’est une vraie information que les gens pourraient juger.”

Une cinquantaine de produits autorisés dans la fabrication

Nos analyses en laboratoire mettent aussi en évidence la présence de deux autres additifs. Parmi nos dix vins, quatre contiennent de l’acide ascorbique et un, de l’acide métatartrique. Deux ingrédients qui permettent d’éviter l’effervescence des vins et les dépôts. Leur utilisation est autorisée et sans danger pour la santé, selon le chercheur, mais là encore, pas de transparence sur le sujet.

Ces résultats ne sont que la face immergée de l’iceberg des intrants dans le vin. Au total, pas moins d’une cinquantaine de produits sont autorisés dans la viticulture conventionnelle. Parmi eux, on retrouve des “auxiliaires technologiques”, utilisés lors de la transformation du produit, comme de la colle de poisson ou des protéines de lait et d’œuf. Il y a aussi des additifs pour la conservation, comme le soufre, pour le goût, comme le bois de chêne, ou encore pour la couleur, comme le polyvinylpolypyrrolidone ou crospovidone.

La liste des intrants autorisés dans le vin.
La liste des intrants autorisés dans le vin. (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

Une liste à rallonge, qui n’est pas forcément synonyme de nocivité. “La colle de poisson, le blanc d’œuf, la caséine [protéine de lait] sont utilisés par tout le monde depuis la nuit des temps. Ils sont inoffensifs. C’est ce qu’on fait en cuisine pour clarifier un bouillon, précise le biophysicien Christophe Lavelle à franceinfo. En termes de santé, il faut toujours se méfier des discours simplistes.” Mais au-delà de la question de l’innocuité, reste celle de l’information : sur le vin, comme pour les autres aliments, “on réclame la transparence totale sur l’étiquette”, lance Foodwatch, association de défense des consommateurs, contactée par franceinfo.

Le vin, dispensé des règles d’étiquetage

Pour le moment, impossible de savoir quels sont les produits vraiment utilisés dans l’élaboration de votre vin et en quelle quantité. “Une grande partie de ces intrants ne laissent aucun résidu dans le vin après filtration, ou certaines molécules sont déjà présentes naturellement”, explique Vincent Bouazza, expert du laboratoire Dubernet, à franceinfo. On ne peut donc pas les détecter ni déterminer si leur présence était due à l’utilisation d’un additif ou bien naturelle.

La plupart des vignerons de notre panel ont refusé de nous dévoiler une “recette” précise. “Nous utilisons quasiment zéro additif”, indique Laurent Abba, directeur général du vignoble Raymond, sans plus de détails. Olivier Techer, gérant d’un domaine bio à Pomerol, précise, lui, avoir exceptionnellement recours à des compléments d’azote ou des levures : “Ça arrive sur une cuve tous les trois ans.” La composition exacte des autres vins demeurera mystérieuse tant que la législation n’imposera pas aux vignerons d’indiquer les ingrédients utilisés. Pour le moment, les vins et les alcools profitent d’une dérogation au règlement de l’Union européenne concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires.

De la transparence… mais pas trop

“Il est crucial que la Commission européenne aligne les règles d’étiquetage des boissons alcooliques sur celles en vigueur pour les autres produits alimentaires”, demande l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie.

Tous les autres secteurs alimentaires sont parvenus à se conformer aux standards de l’Union européenne, tout en conservant des emballages esthétiques. L’industrie de l’alcool, bien implantée, devrait pourvoir faire de même.L’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologieà franceinfo

Certains vignerons, engagés sur la réduction des intrants, réfléchissent déjà à des solutions pour améliorer l’information. “Moi ça m’arrangerait que tout soit écrit sur l’étiquette, c’est vendeur, ajoute le vigneron bio, Olivier Techer. Mais pour certains domaines, ça peut être compliqué à gérer…” En effet, les vignerons conventionnels, plus gourmands en additifs, se montrent plus réticents à cette idée. “On ne peut pas tout écrire sur l’étiquette”, justifie Christophe Château, directeur de la communication du Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux. Le syndicat propose plutôt de mettre en place un QR code sur les bouteilles, qui renverrait vers un site proposant une information générique.

Des résidus de pesticides

Cette longue liste d’intrants ne doit pas occulter la présence d’autres éléments controversés dans le vin : les résidus de pesticides. D’après nos analyses, de nombreuses traces de produits phytosanitaires sont détectables jusque dans vos verres. Le cocktail peut atteindre 15 molécules différentes dans une même bouteille.

“Ce ne sont pas des produits anodins, réagit l’association Générations futures, engagée contre l’agriculture intensive utilisant des pesticides. Ce qui est affolant, c’est la dépendance de la viticulture à des produits dangereux. En France, 20% de tous les pesticides utilisés dans l’agriculture le sont dans les vignes, alors qu’elles ne représentent qu’un peu plus de 3% de la surface agricole.”

Des produits classés cancérogènes

L’association de défense de l’environnement s’inquiète particulièrement des substances classées CMR. Des agents chimiques qui ont, à moyen ou long terme, “des effets cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction”, selon l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS).

Les vins où l\'on a détecté des résidus de pesticides CMR
Les vins où l’on a détecté des résidus de pesticides CMR (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

Il s’agit notamment de la carbendazime, une substance interdite depuis une dizaine d’années, mais que l’on retrouve à l’état de traces dans quatre de nos bouteilles. Elle est liée à l’utilisation du thiophanate-methyl, un fongicide assez répandu dans la viticulture. Une autre molécule, la phtalimide, est aussi “susceptible de provoquer le cancer”, selon l’INRS. On la retrouve pourtant dans la moitié de nos bouteilles, comme marqueur de l’utilisation d’un pesticide, le folpel.

Deux autres pesticides, récemment interdits en France, se retrouvent aussi dans certains de nos échantillons. Quatre bouteilles contiennent de l’iprodione, un fongicide classé CMR et le même nombre, du thiaméthoxame, un insecticide neurotoxique “tueur d’abeilles”. Ces deux molécules, aujourd’hui retirées du marché, étaient encore autorisées au moment de la fabrication de nos bouteilles tests, en 2016.

“Aucune non-conformité au règlement européen”

Ces molécules potentiellement dangereuses sont présentes en très faible quantité, voir à l’état de traces, dans nos analyses. Sur les 10 vins analysés, aucune non-conformité au règlement européen régissant les résidus de pesticides dans les aliments n’est relevée, explique Vincent Bouaaza, analyste au laboratoire Dubernet. Pour la majorité des composés détectés, les teneurs retrouvées ne représentent pas plus de 1% à 2% des teneurs globalement autorisées sur les fruits et légumes.”

Des taux apparemment très faibles, qui alertent tout de même certaines associations. “Il y a possiblement des risques d’effet cocktail”, explique Générations futures, qui s’inquiète de l’impact de ces molécules lorsqu’elles sont associées.“Et il n’y a pas seulement les résidus de ces bouteilles, mais aussi tous les autres que vous trouvez dans les céréales, les fruits, poursuit l’ONG. A la fin de la journée, ça fait un mélange assez inquiétant.”

Le principal syndicat des vignerons du Bordelais, le CIVB, assure travailler à la réduction de ces pesticides controversés. “On conseille à nos vignerons d’éviter les CMR, ou avec des doses plus faibles. Mais ce n’est pas nous qui faisons la législation !” Contactée à ce sujet, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) nous indique qu’elle contrôle bien la présence des phytosanitaires dans les vins : “En 2016, sur 143 vins analysés, 26 contenaient des résidus de quantifiables.”

“C’est une révolution lente”

Le sujet reste sensible pour les vignerons qui produisent les bouteilles contenant le plus de résidus de pesticides. “Les seuils limites sont respectés, nous n’avons pas d’autre avis à donner”, coupe une responsable d’Yvon Mau, le groupe qui possède la marque Yvecourt, dont l’une des bouteilles analysées contient 15 molécules de pesticides. “Nous ne pouvons vous apporter d’autres éléments de réponse que ceux qui vous ont été fournis par Conseil Interprofessionnel des Vins de Bordeaux”, répond de son côté l’entreprise qui commercialise le bordeaux Bas-Rocher. Pas très loquaces.

Les vins dans lesquels on a détecté le plus de résidus de pesticides.
Les vins dans lesquels on a détecté le plus de résidus de pesticides. (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

Un seul vigneron, Thibault Despagne, a accepté d’être plus transparent sur sa démarche en vin conventionnel. Dans le vin blanc de sa production que nous avons analysé, on retrouve quelques traces de produits anti-botrytis et anti-mildiou, deux maladies qui attaquent les vignes certaines années. “Les anti-botrytis, sur l’année 2018, il n’y en aura plus tout, promet le gérant du domaine Despagne à franceinfo. Mais je ne peux pas vous dire ‘demain je n’aurai pas de pesticides dans mon vin’, parce que je n’ai pas de solution contre le mildiou à Bordeaux. C’est une révolution lente, qui prend du temps. Il n’y a pas de solution miracle.”

On habite sur la propriété. On y est tous les jours. Mes filles de 2 ou 3 ans mangent mes raisins. On n’a pas envie de s’empoisonner.Thibault Despagne, gérant des vignoles Despagneà franceinfo

D’autres vignerons ont, eux, réussi à se passer entièrement de pesticides de synthèse. Sur nos dix bouteilles, nous n’avons retrouvé aucune molécule de produits phytosanitaires dans trois d’entre elles – deux vins “naturels” et un vin bio. “Ça montre que c’est possible”, se réjouit l’association Générations futures, contactée par franceinfo. “On était parmi les premiers dans une région pas très propice au bio”, se félicite Laurent Abba, directeur général du vignoble Raymond. Seulement 7% de la surface viticole bordelaise était certifiée bio en 2017, deux fois moins qu’en Alsace, par exemple.

Des vins sans aucun pesticide de synthèse

Quelques vignerons ont même poussé la démarche encore plus loin, avec des vins “naturels”. Cette démarche n’est pas labellisée officiellement mais elle correspond à des vins sans pesticides de synthèse, ni intrant (à l’exception du soufre). “On utilise des méthodes naturelles comme un peu de cuivre, explique Olivier Techer, qui s’occupe du vin blanc Satellite, qui ne présente aucune trace de pesticide dans nos analyses. On travaille sans filet. Ça demande beaucoup plus d’attention.” Pas anodin pour autant : l’utilisation de cuivre, à hautes doses, peut aussi être toxique pour les sols.

Les vins où l\'on a détecté le moins de résidus de pesticides.
Les vins où l’on a détecté le moins de résidus de pesticides. (VINCENT WINTER / FRANCEINFO)

Un risque économique que Vincent Quirac, vigneron “naturel”, exerçant à quelques kilomètres, a aussi décidé de prendre. “J’ai eu des années difficiles. J’ai déjà carrément rien ramassé, mais j’essaie d’être droit dans mes bottes”, explique-t-il. Si sa démarche est radicale, il ne jette pas pour autant la pierre aux autres vignerons. “Quand tu as dix employés et une année de merde, je peux comprendre que tu utilises des intrants une fois de temps en temps”, reconnaît-il.

Ce qui m’ennuie, c’est le décalage entre ce que les gens pensent du vin, un produit très naturel, et la réalité.Vincent Quirac, vigneron “naturel”à franceinfo

La révolution du vignoble viendra-t-elle des consommateurs ? Ces derniers sont en demande. Selon une étude réalisée en octobre 2017 par l’Ifop pour le WWF France, 89% des Français déclaraient vouloir être informés de la présence de pesticides dans les produits alimentaires à l’aide d’un étiquetage.

Reste un élément particulièrement dangereux pour la santé dans le vin : l’alcool. “Il faut quand même le rappeler, il y a au moins 12% d’alcool dans le vin, insiste le chercheur Christophe Lavelle. Et l’alcool est cancérogène, sous n’importe quelle forme. C’est démontré de manière beaucoup plus solide que pour le reste.” Certains vignerons le rappellent aussi. “Le plus gros poison présent dans le vin, c’est l’alcool, lance Olivier Techer. Moi, je milite pour qu’on boive moins… et mieux.”

Un romanée-conti millésime 1945, adjugé à 482 000 euros, devient la bouteille de vin la plus chère de l’histoire

La valeur estimée par la maison Sotheby’s à New York était 17 fois moins importante.

Une bouteille de Romanée-Conti vendue à un prix record, le 13 octobre 2018 par la maison d\'enchère Sotheby\'s à New York (Etats-Unis).
Une bouteille de Romanée-Conti vendue à un prix record, le 13 octobre 2018 par la maison d’enchère Sotheby’s à New York (Etats-Unis). (SOTHEBY’S)

Jamais une telle somme n’avait été dépensée pour une bouteille de vin. Un romanée-conti millésime 1945 a été adjugé pour 558 000 dollars, soit 482 000 euros, lors d’une vente organisée par la maison Sotheby’s à New York samedi 13 octobre.

Cette bouteille à l’étiquette tachée est l’un des 600 exemplaires produits en 1945, juste avant que le domaine de la Romanée-Conti n’arrache les vignes pour les replanter ensuite. Le romanée-conti est souvent considéré comme le plus grand vin de Bourgogne, peut-être le cru le plus prestigieux au monde. Cette somme n’était pas attendue : la limite haute de l’estimation initialement établie par Sotheby’s était 32 000 dollars, soit plus de 17 fois moins.

Le précédent record datait de 2007

Le record pour une bouteille de vin de contenance standard était jusqu’ici de 233 000 dollars (plus de 200 000 euros), pour un château Lafite Rothschild de 1869 adjugé lors d’une vente à Hongkong en 2010. Toutes tailles confondues, l’ancien record datait de 2007 pour un jéroboam (3 litres) de Mouton-Rothschild millésime 1945, vendu à New York pour 310 700 dollars (environ 270 000 euros).

Lors de la vente de samedi, une autre bouteille du même domaine et du même millésime a été adjugée pour 496 000 dollars (environ 430 000 euros), et trois magnum de Romanée-Conti millésime 1937 ont atteint 310 000 dollars chacun (environ 270 000 euros).

About bill

Worked in the technical / engineering area as a Science Laboratory Technician and as an Aeronautics Engineer. The artistic side involves writing under the nom de plume of Billy Olsenn, his recently written play 'A Case of Wine' was staged by the players group Straight Make-Up at the 2012 Birr one act drama festival. It's next staging was in the one act circuit is in Cavan, at Maudebawn on Sat 10 Nov 2012. Then it was performed in the Bray, Co.Wicklow at the very popular one act festival in January 2013. Next play is FEAR. A dark tale about revenge on the cruel death of two pensioners by young thugs. Neighbours hatch a devious and dangerous plan to exact old-style revenge. Bill is a member of the Drama League of Ireland and his plays have been critically vetted and certified as original pieces of work by the DLI. Another literary project is that of commemoration of an aircraft crash on Djouce mountain in Wicklow in 1946. Bill wrote articles for the 50th, 60th and most recently the 70th anniversary, (12 Aug 2016) all were published in the Wicklow Times and ensured the survivors of the crash, all French Girl Guides, were not forgotten. Articles reproduced on this website. But mostly this site gives a more general European and specific French slant on popular and not so popular articles of French news, translated to English by the author. Each article is translated on a paragraph by paragraph basis so easy to read in either language and even possible to improve either language by comparison of the short English and French paragraphs. Amusez vous bien. The author is currently writing an easy to read technical aviation book centered around the Fokker 50. Another interest is that dealt with in another of Bill's websites www.realnamara.net, a Statue of the mother of God, Mary. It was erected in 1972 in Dublin, at the end of the Bull Wall near Clontarf, and my grandfather William Nelson, was the main instigator of that project. I give talks on the history of the statue and my grandfather's adventurous and dangerous life at sea. Technical assistance with each website is by J O'N.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.