Repeal the 8th: France gives it top news billing.

Des avions de la compagnie Aer Lingus à l\'aéroport de Dublin (Irlande), le 27 janvier 2015.

Référendum sur l’avortement en Irlande : des milliers d’expatriés rentrent voter, même depuis l’autre bout du monde

Référendum sur l’avortement en Irlande : des milliers d’expatriés rentrent voter, même depuis l’autre bout du monde

Des collectes de fonds ont été lancées pour financer des voyages, et des rassemblements ont été organisés à l’aéroport pour accueillir les “revenants”.

Des avions de la compagnie Aer Lingus à l\'aéroport de Dublin (Irlande), le 27 janvier 2015.

Des avions de la compagnie Aer Lingus à l’aéroport de Dublin (Irlande), le 27 janvier 2015. (PAUL FAITH / AFP)

Ils n’ont pas voulu rester spectateurs du scrutin. Selon le site du Guardian (en anglais), des milliers d’expatriés irlandais sont rentrés dans leur pays d’origine pour participer au référendum sur l’avortement, organisé vendredi 25 mai. Des hommes et des femmes ont par exemple fait le voyage depuis l’Australie, quitte à passer une trentaine d’heures dans les transports pour arriver à Dublin.

Des comités d’accueil à l’aéroport

Les réseaux sociaux ont joué un rôle central dans la campagne référendaire autour de la question de l’abrogation du 8e amendement de la Constitution, qui n’autorise l’avortement que lorsque la vie de la mère est menacée. Le camp du “oui” a appelé les Irlandais de l’étranger à rentrer au pays pour voter via le mot-clé #hometovote. Des collectes de fonds ont été lancées pour financer des voyages, et des rassemblements ont été organisés à l’aéroport de Dublin pour accueillir les “revenants”

Le hashtag a également été repris par des défenseurs de la législation actuelle.

1) Newcastle to Sydney Airport on 2 trains -3 hours 2)Plane to Abu Dhabi -16 hours 3) Plane to Ireland -8.5 hours Repealing the 8th Amendment? Priceless. (Step 1 almost complete)

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Brad Pitt threatened to kill Harvey Weinstein in the 1990s.

L’actrice Gwyneth Paltrow raconte comment Brad Pitt a menacé de mort Harvey Weinstein.

Gwyneth Paltrow relates the anecdote.

L’actrice affirme que le producteur américain l’a harcelé sexuellement dans les années 1990. Et que son petit ami de l’époque l’a défendue.

The actress tells that the USA producer sexually harassed her in the 1990s. And how her boy friend at that time defended her.

L\'actrice Gwyneth Paltrow au gala de l\'Amfar à Los Angeles, le 29 octobre 2014.

L’actrice Gwyneth Paltrow au gala de l’Amfar à Los Angeles, le 29 octobre 2014. (MARIO ANZUONI / REUTERS). In LA in 2014.

“C’était bizarre. (…) J’étais choquée.” Au micro de la radio américaine Sirius XM, mercredi 23 mai, l’actrice Gwyneth Paltrow a affirmé que Harvey Weinstein l’avait harcelée au milieu des années 1990. A cette époque, elle vient d’être choisie pour jouer le rôle principal du film Emma, sur lequel travaille le célèbre producteur de cinéma. “Nous avons eu un incident dans une chambre d’hôtel, il a essayé de me faire des avances et m’a demandé de lui faire un massage”, raconte l’actrice, citée par Time (en anglais).

L’actrice décide alors de raconter la scène à son petit ami de l’époque, Brad Pitt. “Je lui ai tout de suite, j’étais très bouleversée”, se souvient-elle. Lors de l’avant-première de la pièce Hamlet à Broadway, le couple d’acteurs se retrouve à côté d’Harvey Weinstein. Brad Pitt pousse alors le producteur contre un mur et lui dit : “Si jamais tu la mets encore mal à l’aise, je te tue”, selon le récit de Gwyneth Paltrow.

C’était vraiment incroyable, il a laissé de côté sa notoriété et a utilisé son pouvoir pour me protéger, à une époque où j’étais méconnue.Gwyneth Paltrowsur Sirius XM

En 2017, l’actrice avait affirmé dans le New York Times (en anglais) que le producteur américain l’avait harcelée sexuellement. Depuis, 33 femmes ont affirmé avoir subi des violences sexuelles de la part du producteur, indique le HuffPost.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Civil servants strike en masse today in France.

DIRECT. Grève des fonctionnaires : plus de 130 manifestations organisées dans toute la France

Les neuf syndicats de fonctionnaires ont lancé un appel commun contre “la mise à mal des missions publiques”, “la dégradation des conditions de travail” et pour le pouvoir d’achat.

La précédente manifestation des fonctionnaires avait eu lieu le 22 mars 2018. Ici, le défilé parisien.

La précédente manifestation des fonctionnaires avait eu lieu le 22 mars 2018. Ici, le défilé parisien. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)
Ce qu’il faut savoirGrève des fonctionnaires, acte III. Pour la troisième fois depuis l’élection d’Emmanuel Macron, les fonctionnaires battent le pavé et font grève mardi 22 mai pour défendre leur statut et s’opposer à la future réforme du gouvernement, qu’ils perçoivent comme une “attaque”.

Entre 130 et 140 manifestations sont programmées partout en France. Suivez cette journée de mobilisation minute par minute avec franceinfo.

Perturbations dans les écoles et les transports. Le fonctionnement des écoles et collèges sera perturbé, de même que l’accueil des tout-petits dans les crèches. Des avions seront cloués au sol et des coupures de courant sont à prévoir. Côté SNCF, engagée dans un long conflit, seul SUD Rail a déposé un préavis, mais le prochain épisode de grève de deux jours au sein du groupe ferroviaire débutera à 20 heures.

Une unité syndicale rare. Déterminés, les syndicats, qui représentent 5,7 millions d’agents, affichent une solidarité rare, ce mardi. Les neuf organisations (CGT, CFDT, FO, Unsa, FSU, Solidaires, CFTC, CFE-CGC et Fédération autonome) ont lancé un appel commun contre “la mise à mal des missions publiques”, “la dégradation des conditions de travail” et pour le pouvoir d’achat. Autre fait marquant, inédit depuis la réforme controversée des retraites de 2010 : les cinq dirigeants des principaux syndicats nationaux défileront ensemble, à Paris, à partir de 14 heures, de la place de la République à celle de la Nation.

Pas de “remise en cause” du statut, promet Dussopt. Tentant de déminer la situation, le secrétaire d’État à la Fonction publique, Olivier Dussopt, a insisté lundi sur le fait qu’il n’y aurait pas de “remise en cause” du statut, mais des “ajustements” et “une modernisation”.

Le live

07h25 : La grève dans la fonction publique figure en bonne place dans les pages de vos quotidiens, ce matin. Voici les deux premières unes de notre revue de presse :

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Penalties for abortion in Ireland

“Les femmes qui veulent avorter savent qu’on ne peut rien pour elles” : en Irlande, le désarroi des médecins “pro-choix”.

“Women who want an abortion know they there is nothing else for them”: in Ireland, confusion for “pro-choice” doctors.

En Irlande, toute personne qui avorte ou aide à avorter est passible de 14 ans de prison, médecins compris. Au centre de planning familial de Galway, dans l’ouest du pays, la docteure Sophie Faherty raconte les difficultés à exercer son métier.

La médecin Sophie Faherty à Galway (Irlande), le 4 mai 2018.

La médecin Sophie Faherty à Galway (Irlande), le 4 mai 2018. (ELISE LAMBERT / FRANCEINFO)

Pas la peine de chercher. Dans la salle d’attente du centre de planning familial de Galway (Irlande), impossible de trouver une quelconque brochure évoquant l’avortement. Les seuls fascicules disponibles ici traitent de la fertilité, d’examens du col de l’utérus ou des risques à boire de l’alcool pendant la grossesse. Même dans ce lieu dédié à la santé des femmes, l’IVG reste un sujet sensible. En cause, la législation irlandaise, l’une des plus restrictives d’Europe, sur laquelle les citoyens sont invités à se prononcer par référendum, vendredi 25 mai : actuellement, le huitième amendement de la Constitution interdit l’avortement, sauf en cas de danger de mort pour la future mère.

Des fascicules sur la sexualité à la clinique du Planning familial de Galway (Irlande), le 4 mai 2018.

Des fascicules sur la sexualité à la clinique du Planning familial de Galway (Irlande), le 4 mai 2018. (ELISE LAMBERT / FRANCEINFO)

Au bout du couloir, Sophie Faherty, la médecin de service, vient d’arriver. “Mon planning est rempli pour tout l’après-midi”, confie-t-elle, en tirant sur sa cigarette électronique. Une quinzaine de patientes ont pris rendez-vous pour voir cette frêle Franco-Irlandaise de 62 ans, qui se définit volontiers comme un “cas particulier”. Des médecins spécialisés comme elle dans la santé des femmes, il y en a seulement une quinzaine dans le pays, selon son décompte, pour 5 millions d’habitants. “Il n’y a pas de gynécologues comme en France, mais des médecins qui se spécialisent en gynécologie médicale ou obstétrique par des examens complémentaires”, décrit-elle, assise à son bureau.

Ces “choses” dont on ne parle pas

Depuis une vingtaine d’années, Sophie Faherty partage son temps entre le centre de Galway et ses visites à domicile. Électron libre, elle n’a jamais voulu travailler dans le privé et a toujours préféré aller où bon lui semble, comme dans ce centre tenu par une association, l’un des rares dans le pays à être spécialisés dans la sexualité et la famille. Pour cette raison, le lieu a d’ailleurs déjà été la cible de militants “pro-vie”. Dans les années 1980, certains de ces opposants ont “balancé de l’eau bénite sur les murs”, rigole la praticienne.

Car si l’Irlande est rurale et catholique, la région où exerce Sophie Faherty l’est encore plus. On y trouve de petites villes – Dunmore, Ardrahan, Tuam… – mais aussi des îles – Inishbofin, Inishmore, Inisheer. Des îlots verdoyants perdus au large de la côte du Connemara où les liaisons quotidiennes avec l’île principale sont limitées, et les moutons plus nombreux que les habitants.

Dans ces territoires reculés de l’Ouest, la santé des femmes a longtemps été négligée, voire complètement oubliée. La contraception et la sexualité féminine étaient “des choses” dont on ne parlait pas.

Quand je suis arrivée à la fin des années 1980, Galway était un terrain vierge. Rien n’était fait, il n’y avait presque pas de pilules, de stérilets. C’était terrible.Sophie Fahertyà franceinfo

Certaines femmes étaient enceintes après 50 ans, d’autres consultaient pour leur treizième grossesse. “J’en ai connu qui avaient une foi catholique telle qu’elles avaient acquis que leur enfant était envoyé par Dieu et qu’avorter était un péché”, raconte la médecin.

Sophie Faherty et ses collègues n’ont pourtant jamais baissé les bras. Dans la salle commune réservée aux pauses, l’ambiance est même détendue. Un placard est recouvert de stérilets scotchés accompagnés de post-it : “retiré sans les fils”, “posé à Boston en 99″… “Ce sont des stérilets qui ont une histoire particulière, pouffe Mary, une infirmière, en montrant un dispositif aux fils complètement tordus. Ils sont propres, on les a juste gardés pour rigoler !”

“Des tas de médecins se mettent dans l’illégalité”

De l’autre côté du mur, les femmes assises dans la salle d’attente sont beaucoup moins volubiles. “Une amie m’a conseillé cet endroit. Comme c’est dans le centre, c’est facile d’accès”, confie une jeune patiente à voix basse. La majorité viennent ici pour la contraception et le suivi gynécologique : frottis, échographies, poses de stérilet, prescriptions de pilule, problèmes de règles ou de ménopause… D’autres arrivent à la dernière minute pour une pilule du lendemain ou à la suite d’une agression sexuelle. “Il y en a très souvent”, lâche Sophie Faherty, sans donner plus de détails.

   

    (ELISE LAMBERT / FRANCEINFO)

“Tous les deux mois” environ, une femme vient chercher conseil sur l’avortement, le sujet certainement le plus sensible et clivant du pays. “Elles savent qu’on ne peut rien pour elles”, déplore la praticienne. Car en Irlande, toute personne qui avorte ou aide à avorter est passible de 14 ans de prison, médecins compris. Par conséquent, ces femmes “font un test de grossesse, réservent leur billet pour l’Angleterre et ne passent même pas nous voir”. En 2016, 3 265 femmes ont ainsi avorté au Royaume-Uni, selon les chiffres du Planning familial irlandais. Une démarche qui peut “coûter 1 000 euros, entre le billet d’avion et la procédure médicale”, ajoute Sophie Faherty.

Les médecins sont bâillonnés. Ils risquent la prison et l’interdiction d’exercer s’ils facilitent l’accès à l’avortement ou procurent des pilules abortives.Sophie Fahertyà franceinfo

Depuis un référendum de 1992, les praticiens sont autorisés à donner des informations sur l’avortement à l’étranger, mais n’ont pas le droit de le préconiser. La parole de Sophie Faherty est strictement encadrée. Elle peut donner la liste des pays où l’IVG est légale, mais ne peut pas prendre de rendez-vous pour ses patientes. “Des tas de médecins se mettent dans l’illégalité pour s’occuper des femmes en crise qui se retrouvent face à eux”, ajoute-t-elle dans un murmure.

“Certaines prennent de l’eau de Javel”

Ici, les femmes enceintes de bébés non viables (à cause d’une grave malformation ou d’une pathologie incurable) sont contraintes de mener leur grossesse jusqu’au terme, car en Irlande, tant que le cœur du fœtus bat, “il est considéré comme vivant”. Elles doivent ensuite accoucher d’un enfant qui décédera peu après. “Vous imaginez les conséquences psychologiques et physiques, le traumatisme ?” interroge Sophie Faherty, le regard fixe.

Celles qui souhaitent avorter doivent se débrouiller par leurs propres moyens, quitte à augmenter les risques. Le temps de réunir l’argent pour un billet d’avion, les IVG pratiquées à l’étranger sont souvent tardives. En France, une femme peut avorter jusqu’à 12 semaines de grossesse. Au Royaume-Uni (hormis en Irlande du Nord), destination privilégiée des Irlandaises, le délai va jusqu’à 24 semaines, voire davantage en cas de danger pour la vie de la mère ou lorsque le bébé présente une grave malformation.

J’ai connu une femme qui a appris qu’elle était enceinte de jumeaux à 12 semaines. Elle est allée de médecin en médecin pour trouver conseil et a finalement avorté à 18 semaines en Angleterre.Sophie Fahertyà franceinfo

Or, plus l’avortement intervient tard dans la grossesse, “plus les complications peuvent être sérieuses”, explique la praticienne. Sophie Faherty se souvient d’un autre cas particulièrement tragique : une femme dont le fœtus avait une malformation qui lui aurait été fatale à la naissance. Elle est partie avorter au Royaume-Uni et a dû rentrer juste après l’opération pour s’occuper de ses enfants. “Le bébé a été incinéré là-bas. Elle a reçu les cendres par la poste. Elles sont arrivées dans une petite urne, sur le pas de sa porte. Ce sont des choses comme celle-ci que l’on ne veut plus voir”, s’indigne la médecin.

Et pour toutes celles qui ne peuvent pas avorter à l’étranger – les femmes sans papiers, précaires… –, il reste le système D. “Certaines prennent des trucs pas possibles, des cocktails de je-ne-sais-quoi, de l’eau de Javel. Elles se mettent des choses dans le vagin, font des douches… se désole Sophie Faherty. C’est rare, et ça arrive dans des lieux isolés, mais ça existe.”

D’autres commandent des pilules abortives sur des sites internet qui ne donnent aucune information, ni sur l’origine des médicaments ni sur la posologie. “Elles ne vont pas faire attention aux dates ou aux contre-indications, poursuit la médecin. Or ce sont des médicaments forts qui peuvent provoquer des hémorragies. On voit arriver des femmes dans des états parfois abominables.” Dans ces cas extrêmes, les patientes sont immédiatement envoyées à l’hôpital mais, là-bas, les professionnels préfèrent souvent taire le motif de la visite, pour se protéger au maximum.

Les médecins voient tout de suite si une femme a pris une pilule abortive. Ils vont la soigner mais ne vont rien écrire dans son dossier. On marche sur des œufs en permanence.Sophie Fahertyà franceinfo

“La conspiration du silence”

Face à ce qu’elle appelle “la conspiration du silence”, Sophie Faherty a toujours refusé de se taire. Elle milite de longue date pour la légalisation de l’avortement, via des formations auprès d’étudiants en médecine ou des interviews dans les médias. En 2014, elle a cosigné dans L’Obs une tribune avec 420 praticiens du monde entier pour que l’avortement soit libre partout sur la planète. A l’approche du référendum, elle continue de mener campagne contre les arguments des militants “pro-vie”, y compris ceux issus du corps médical.

Moi, je parle de santé. Pour moi, l’avortement, c’est comme enlever les amygdales, les végétations ou opérer de l’appendicite. Je suis médecin, pas philosophe ni religieuse.Sophie Fahertyà franceinfo

Sophie Faherty sait très bien ce qu’elle votera le 25 mai. Elle montre les badges épinglés sur son pull noir. “Repeal the 8th” (“Abrogez le 8e amendement”) et “Doctors for choice” (“Médecins pro-choix”). Si le “oui” l’emporte, elle n’aura enfin plus “les mains liées”.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

French Controle Technique gets tougher.

Points de contrôle, délais, sanctions : ce qu’il faut savoir sur le nouveau contrôle technique qui entre en vigueur aujourd’hui.

Inspections, delays, fines: what to know about the new controle technique which comes in today.

La nouvelle version de cet examen automobile, obligatoire depuis 1992, est plus exigeante.

Un mécanicien effectue un contrôle technique dans un centre d\'Auxerre (Yonne), le 15 mai 2018.

Un mécanicien effectue un contrôle technique dans un centre d’Auxerre (Yonne), le 15 mai 2018. (MAXPPP)

Plus long, plus cher, plus contraignant… Le contrôle technique devient plus sévère à partir du dimanche 20 mai. Inquiets de cette nouvelle grille d’évaluation, les automobilistes se sont rués dans les centres agréés ces dernières semaines. A tel point qu’en avril, les demandes de rendez-vous ont augmenté de 61% par rapport à avril 2017, indiquent Les Echos. Franceinfo vous détaille ce qu’il faut savoir sur ce changement.

Pourquoi le contrôle technique change-t-il ?

La France traînait des pieds, mais a finalement obtempéré. Si le contrôle technique change, c’est en vertu d’une directive européenne publiée le 3 avril 2014. Son objectif est simple : harmoniser les contrôles techniques dans l’Union européenne et diminuer de moitié, par rapport à 2010, les morts liés aux accidents de la route d’ici 2020.

Qu’est-ce qui change dans les points de contrôle ?

D’abord, le nombre de points de contrôle va passer de 123 à 133. Mais de nouvelles règles vont surtout s’appliquer. Le nombre de défaillances constatables va augmenter : on en dénombrera désormais plus de 600 contre près de 460 jusqu’ici. Elles sont dorénavant classées en trois niveaux de gravité.

Niveau 1 : les défaillances mineures, qui n’ont pas de conséquences lourdes sur le véhicule ou la sécurité, n’impliquent pas de contre-visite.

Niveau 2 : les défaillances majeures prennent en compte les dysfonctionnements susceptibles de compromettre la sécurité du véhicule ou encore présenter des effets néfastes pour l’environnement. Une contre-visite dans les deux mois est obligatoire.

Niveau 3 : les défaillances critiques regroupent les anomalies qui constituent un danger direct et immédiat. C’est cette nouvelle catégorie qui inquiète le plus les automobilistes : non seulement le véhicule se verra apposer une vignette spéciale ne l’autorisant pas à rouler après minuit le jour du contrôle, mais en plus, il devra s’engager à une contre-visite dans les deux mois une fois les réparations opérées.

Vous amenez votre voiture lundi à 16 heures, si vous avez une défaillance critique, vous avez jusqu’à minuit pour la déposer à l’endroit où elle sera réparée.Yves Carra, porte-parole de l’Automobile Club Association à franceinfo

“Seulement 20% des défaillances constatables sont potentiellement critiques”, tente de rassurer le Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) interrogé par l’AFP, “et seules les défaillances majeures et critiques conduiront à une contre-visite obligatoire dans les deux mois”.

Enfin, la méthode de contrôle est elle aussi modifiée. Là où les contrôleurs rapportaient leurs observations, ils devront maintenant évaluer l’évolution possible de ce qu’ils constatent et le danger que cela peut représenter. Ainsi, une mauvaise fixation du système d’échappement constituera une défaillance majeure. En revanche, une mauvaise fixation de celui-ci avec un risque de chute conduira au constat d’une défaillance critique.

Qu’en est-il de la fréquence ?

La fréquence du contrôle technique ne change pas. Il reste obligatoire avant la quatrième année du véhicule, puis tous les deux ans et enfin moins de six mois avant la vente du véhicule.

Le nouveau contrôle technique va-t-il coûter plus cher ?

Il y a de fortes chances. Aujourd’hui, un contrôle technique coûte en moyenne 65 euros, rappellent Les Echos. La contre-visite, qui coûte en moyenne 14 euros, pouvait être offerte lorsqu’elle était simple et rapide à faire. Mais l’évolution du contrôle technique va rendre celui-ci plus long à réaliser, surtout au début, pour un personnel pas encore rompu à l’exercice et aux nouvelles exigences. Il devrait ainsi durer 45 minutes plutôt que 30. Idem pour les contre-visites, qui seront plus fréquentes et plus longues.

Les professionnels doivent aussi se munir de nouveaux équipements. “Tous ces éléments rendent logique le fait que [le prix] augmente, reste à savoir de combien”, affirme au Monde Bernard Bourrier, président de la branche contrôle technique au sein du Conseil national des professions de l’automobile.

Selon le groupe de contrôle technique Dekra-Norisko, tout comme l’association 40 millions d’automobilistes, les prix des contrôles devraient augmenter de 15% à 20% en moyenne. Pour la contre-visite, un surcoût de 20 à 30 euros est à prévoir dans 25% à 40% des cas, selon les professionnels interrogés par le Huffington Post. Dans Le Monde, Philippe Debouzy, président des agents indépendants du CNPA, mise toutefois sur une hausse contrôlée, compte tenu de “la forte concurrence entre les centres qui empêche une envolée des tarifs”.

Et à combien s’élèveront les amendes ?

Les automobilistes qui prendraient le risque de conduire un véhicule qui n’a pas passé le contrôle technique ou qui n’a pas validé la contre-visite s’exposent à une amende forfaitaire de 135 euros, pouvant grimper jusqu’à 750 euros en cas de retard de paiement. L’immobilisation du véhicule peut aussi être envisagée.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Speeding fines continue for man in prison. Car in gendarmes compound.

En prison depuis trois ans, il continue de recevoir les PV de sa voiture… utilisée par les gendarmes. A car belonging to a man in prison continues to receive speeding fines..it is in use by the gendarmes.

Malik Kessaci, un habitant de Gardanne condamné pour “association de malfaiteurs en vue de préparer un crime”, s’est fait saisir sa voiture par la justice en 2015. Il ne s’attendait pas à recevoir des PV pour excès de vitesse.

Un automobiliste passe devant un radar automatique, le 23 juin 2014 à Englos (Nord).

Un automobiliste passe devant un radar automatique, le 23 juin 2014 à Englos (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP). A car and driver pass in front of a speed camera on 23 June 2014.

Depuis 2015, Malik Kessaci n’a pas quitté sa cellule. Pourtant, cet habitant de Gardanne, condamné à sept ans de prison pour “association de malfaiteurs en vue de préparer un crime”, a été flashé une dizaine de fois à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ou Fréjus (Var). “A un moment, j’ai écrit à la juge pour lui demander si elle ne l’avait pas remis en liberté à mon insu”, ironise son avocat, Jean-Louis Keïta, contacté par franceinfo.

Cette situation ubuesque – déjà observée en 2016 dans l’Hérault – démarre le 10 juin 2015. Ce jour-là, Malik Kessaci est arrêté au volant de sa Citroën DS4. “On lui reprochait d’avoir monté une association de malfaiteurs pour éliminer des rivaux à Gardanne, pour des histoires de machines à sous”, explique son avocat. Son véhicule est saisi et remis, le 10 novembre, à la section de recherche de la gendarmerie de Marseille, qui l’utilise comme voiture banalisée. “A partir de cet instant, ils ne vont pas arrêter de multiplier les infractions [des excès de vitesse] et mon client va commencer à recevoir les avis de contravention”, poursuit Jean-Louis Keïta.

“Ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros”

L’avocat pense d’abord que ce paradoxe s’explique par le fait que la saisie de la voiture est alors provisoire. Mais Malik Kessaci est condamné définitivement le 30 juin 2017. Pourtant, les contraventions continuent de tomber. “J’en ai encore reçu deux la semaine dernière”, explique à franceinfo la mère du détenu, Patricia, chez qui il est domicilié. En trois ans, elle en a dénombré “plus de 10”. “Comme je ne payais pas, ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros”, peste-t-elle.

Ces PV, c’est à eux de les payer, j’aimerais bien qu’ils rendent les sous qu’ils ont pris à tort.Patricia Kessacià franceinfo

Aux dernières nouvelles, son fils n’a plus que deux points sur son permis de conduire. L’avocat a écrit aux autorités – en particulier au Centre automatisé de constatation des infractions routières (Cacir) de Rennes – pour signaler le problème et demander que la carte grise du véhicule soit modifiée. Sans succès. Devant l’inertie de l’Etat, Jean-Louis Keïta a décidé de “saisir” les médias en prenant la parole dans La Provence. “Quand on alerte les médias, c’est mieux que les lettres recommandées”, sourit-il.

Contactée par franceinfo, la gendarmerie de région rappelle que, depuis 2011, “il est possible d’utiliser des véhicules saisis en cours de procédure”. “Visiblement, ce véhicule fait partie d’une procédure qui n’est pas encore clôturée”, explique-t-elle, avant de renvoyer vers le Cacir. Contacté par nos soins, ce dernier n’a pas répondu pour le moment.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Rennes 2 ~University cancels exams due student protests..

L’université Rennes 2 annonce l’annulation des examens en raison du blocage du site

Les étudiants et manifestants responsables du blocage protestent contre la loi réformant les conditions d’accès à l’université.

L\'université Rennes 2 (Ille-et-Vilaine) lors d\'un blocage, le 1er février 2018.

L’université Rennes 2 (Ille-et-Vilaine) lors d’un blocage, le 1er février 2018. (MATHIEU PATTIER / SIPA)

L’université Rennes 2 a annoncé sur son compte twitter l’annulation des examens qui étaient prévus pour le jeudi 17 mai. “Un groupe d’environ 300 individus, dont une partie cagoulée et extérieure à l’établissement, s’est organisé pour bloquer les bâtiments où devaient se dérouler les examens”, a indiqué la direction de l’université sur Twitter, avant de condamner “fermement ce nouveau blocage”. Les étudiants protestent contre la loi réformant les conditions d’accès à l’université.

Les conditions normales d’examens n’étant plus garanties, l’équipe de direction a décidé d’annuler les épreuves prévues aujourd’hui.L’université de Rennessur Twitter

L’université a précisé que les personnes responsables du blocage ont “ouvert par effraction plusieurs salles, avant de boucher les différentes entrées “afin d’empêcher l’accès aux épreuve”. Les examens à Rennes 2 avaient déjà été reportés, en raison d’un blocage d’un mois. L’université avait été évacuée lundi matin par les forces de l’ordre.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

SpaceX, Falcon 5 Block 5, launches it’s most powerful rocket.

SpaceX a lancé avec succès Falcon 9 Block 5, sa plus puissante fusée

Cette fusée de nouvelle génération, présentée comme plus puissante et plus facile à réutiliser que sa petite soeur Falcon 9, a effectué son vol inaugural vendredi, après un report de 24 heures.

This new generation rocket, presumed to be more powerful and easier to re-use than it’s little sister Falcon 9, makes it’s inaugural flight on Friday (yesterday), after it’s 24 hour test flight.

La fusée Falcon 9 Block 5, de la société américaine SpaceX, décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis), le 11 mai 2018. 

La fusée Falcon 9 Block 5, de la société américaine SpaceX, décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis), le 11 mai 2018.  (SPACEX / TWITTER)

Il s’agit du neuvième tir réalisé par la société américaine SpaceX cette année. L’entreprise d’Elon Musk a réussi à lancer sa fusée de nouvelle génération Falcon 9 Block 5, vendredi 11 mai, après un report du tir prévu à l’origine jeudi. Cette nouvelle fusée a transporté à son bord Bangabandhu Satellite-1, le tout premier satellite de communication en orbite haute du Bangladesh.

“Décollage !”, a tweeté SpaceX, peu après que la fusée a quitté son pas de tir à Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis) à 16h14 heure locale, l’heure prévue du lancement. Le premier étage de la fusée s’est ensuite posé comme prévu sur la barge stationnée dans l’océan Atlantique, appelée “Of Course I Still Love You”.

 

Il s’agissait du vol inaugural de cette fusée de nouvelle génération, présentée comme plus puissante et plus facile à réutiliser que sa petite soeur, Falcon 9. Jeudi après-midi, SpaceX avait été contrainte de reporter le tir, le compte à rebours ayant été interrompu automatiquement moins d’une minute avant l’heure fixée du lancement.

Prévue pour être réutilisée jusqu’à dix fois

Ce lanceur est appelé à propulser des humains vers la Station spatiale internationale (ISS), à bord d’une version habitée de la capsule Dragon. Pour l’heure, seule une version sans équipage de Dragon existe pour ravitailler l’ISS, et en ramener matériels et expérimentations sur Terre. Le premier vol habité est prévu pour le mois de décembre. Ce sera alors la première fois, depuis la fin du programme américain de navettes spatiales en 2011, qu’un vaisseau transportant des êtres humains décollera des Etats-Unis.

Falcon 9 Block 5 est prévue pour être réutilisée jusqu’à dix fois, avec une maintenance minimale après chaque tir, a indiqué Elon Musk à la presse jeudi. “Nous nous attendons à ce qu’il n’y ait aucune intervention entre les vols, tout comme pour un avion”, a-t-il expliqué.

Le Block 5 est l’ultime mise à jour de la flotte des lanceurs Falcon 9. Par la suite, SpaceX entend se concentrer sur sa prochaine génération de lanceurs puissants, les BFR. L’entreprise d’Elon Musk est également parvenue à récupérer onze de ses lanceurs sur la terre ferme, et quatorze sur une barge en mer, dans le cadre d’efforts pour limiter le coût des lancements en recyclant une partie des fusées.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Eurovision Song Contest: China pulls transmission of Ireland’s Song and Albania’s tatoos.

Le concours de l’Eurovision diffusé en Chine, mais sans tatouages ni couple gay

La plateforme MangoTV a diffusé une demi-finale du concours expurgée de certains éléments considérés comme déviants par le régime, mercredi, sur l’internet chinois.

Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l\'Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018.

Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l’Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018. (JOERG CARSTENSEN / DPA)

L’Eurovision victime de la  censure en Chine. La demi-finale, diffusée mercredi 9 mai, sur la plateforme chinoise MangoTV, a été expurgée d’éléments considérés comme déviants des “valeurs centrales du socialisme” : représentation de l’homosexualité et tatouages.

La prestation de l’Irlandais Ryan O’Shaughnessy a été coupée au montage, en raison de la présence d’un couple d’hommes dansant sur la scène, pendant sa ballade Together. Et MangoTV a également flouté des drapeaux arc-en-ciel présents dans le public. En Chine, l’homosexualité est de plus en plus acceptée au sein de la population, mais elle reste taboue dans les films et séries télévisées. Et tout “contenu homosexuel” est interdit de diffusion sur les sites internet de streaming.

Le passage du chanteur albanais Eugent Bushpepa, tatoué aux bras, a été coupée, car les autorités interdisent depuis janvier de montrer des tatouages à la télévision. Des footballeurs de l’équipe nationale de Chine avaient d’ailleurs été forcés de porter des bandages pour cacher leurs tatouages, durant des matchs internationaux, avait indiqué la presse chinoise en mars.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Rockefeller Art Collection on auction in New York by Christies for charity.

La “Fillette” de Picasso adjugée 115 millions de dollars : les enchères de la collection Rockefeller deviennent les plus chères de l’histoire.

La Fillette à la corbeille fleurie, went under the hammer at $115M: The auctions of the Rockefeller art collection becomes the richest in history.

Les tableaux d’artistes européens que possédait le dernier grand héritier de la richissime famille ont suffi à pulvériser à New-York chez Christie’s mardi le record détenu jusque-là par la collection d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé.

Le tableau de Claude Monet les \"Nymphéas en fleurs\", ici à Londres en février 2018, a été vendu lors de la vente organisée par Christie\'s de New York.

Le tableau de Claude Monet les “Nymphéas en fleurs”, ici à Londres en février 2018, a été vendu lors de la vente organisée par Christie’s de New York. (TOLGA AKMEN / EPA)

Avec des ventes atteignant près de 650 millions de dollars, les enchères de la prestigieuse collection Rockefeller sont devenues les plus chères de l’histoire. Elles s’étalent sur plusieurs séquences mais dès le premier soir, mardi 8 mai, les tableaux d’artistes européens que possédait le dernier grand héritier de la richissime famille ont suffi à pulvériser le record détenu jusque-là par la collection d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé, partie pour 484 millions en 2009.

Des records d’enchères pour plusieurs peintres

La maison Christie’s avait annoncé une soirée à records. La promesse a été tenue. La vente a établi des records d’enchères pour plusieurs peintres. Le tableau qui ornait l’escalier de la maison de campagne des Rockefeller, Les Nymphéas en fleurs de Claude Monet, est parti pour plus de 84 millions de dollars. La vente a aussi signé un nouveau record pour une oeuvre d’Henri Matisse. L’Odalisque couchée aux magnolias, un tableau peint à Nice en 1923 a été cédé pour près de 81 millions de dollars.

 

La soirée a été également marquée par des records personnels pour des toiles d’Eugène Delacroix, d’Armand Seguin et Jean-Baptiste Corot.

La seule petite déception, s’il en est, est venue de la star de l’immense collection de Rockefeller. La Fillette à la corbeille fleurie, une oeuvre datant de 1905, de la période bleue de Picasso, estimée à 100 millions, a été acquise pour 115 millions de dollars, après seulement trois minutes d’enchères, dans une salle restée silencieuse. Cette vente a été blouclée sans aucun applaudissement. C’est que l’on s’attendait à un peu plus de folie.

‘Odalisque couchée aux magnolias’ by Henri Matisse.

La soirée de mardi aura en tout cas rapporté plus de 646 millions de dollars. Et elle est loin d’être achevée. Il reste encore cinq sessions d’enchères, ainsi que les ventes sur internet pour la totalité de la collection Rockefeller. Avec peut-être, en ligne de mire, la barre du milliard de dollars…

Posted in Uncategorized | Leave a comment