Speeding fines continue for man in prison. Car in gendarmes compound.

En prison depuis trois ans, il continue de recevoir les PV de sa voiture… utilisée par les gendarmes. A car belonging to a man in prison continues to receive speeding fines..it is in use by the gendarmes.

Malik Kessaci, un habitant de Gardanne condamné pour “association de malfaiteurs en vue de préparer un crime”, s’est fait saisir sa voiture par la justice en 2015. Il ne s’attendait pas à recevoir des PV pour excès de vitesse.

Un automobiliste passe devant un radar automatique, le 23 juin 2014 à Englos (Nord).

Un automobiliste passe devant un radar automatique, le 23 juin 2014 à Englos (Nord). (PHILIPPE HUGUEN / AFP). A car and driver pass in front of a speed camera on 23 June 2014.

Depuis 2015, Malik Kessaci n’a pas quitté sa cellule. Pourtant, cet habitant de Gardanne, condamné à sept ans de prison pour “association de malfaiteurs en vue de préparer un crime”, a été flashé une dizaine de fois à Perpignan (Pyrénées-Orientales) ou Fréjus (Var). “A un moment, j’ai écrit à la juge pour lui demander si elle ne l’avait pas remis en liberté à mon insu”, ironise son avocat, Jean-Louis Keïta, contacté par franceinfo.

Cette situation ubuesque – déjà observée en 2016 dans l’Hérault – démarre le 10 juin 2015. Ce jour-là, Malik Kessaci est arrêté au volant de sa Citroën DS4. “On lui reprochait d’avoir monté une association de malfaiteurs pour éliminer des rivaux à Gardanne, pour des histoires de machines à sous”, explique son avocat. Son véhicule est saisi et remis, le 10 novembre, à la section de recherche de la gendarmerie de Marseille, qui l’utilise comme voiture banalisée. “A partir de cet instant, ils ne vont pas arrêter de multiplier les infractions [des excès de vitesse] et mon client va commencer à recevoir les avis de contravention”, poursuit Jean-Louis Keïta.

“Ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros”

L’avocat pense d’abord que ce paradoxe s’explique par le fait que la saisie de la voiture est alors provisoire. Mais Malik Kessaci est condamné définitivement le 30 juin 2017. Pourtant, les contraventions continuent de tomber. “J’en ai encore reçu deux la semaine dernière”, explique à franceinfo la mère du détenu, Patricia, chez qui il est domicilié. En trois ans, elle en a dénombré “plus de 10”. “Comme je ne payais pas, ils nous ont prélevé à la source 1 093 euros”, peste-t-elle.

Ces PV, c’est à eux de les payer, j’aimerais bien qu’ils rendent les sous qu’ils ont pris à tort.Patricia Kessacià franceinfo

Aux dernières nouvelles, son fils n’a plus que deux points sur son permis de conduire. L’avocat a écrit aux autorités – en particulier au Centre automatisé de constatation des infractions routières (Cacir) de Rennes – pour signaler le problème et demander que la carte grise du véhicule soit modifiée. Sans succès. Devant l’inertie de l’Etat, Jean-Louis Keïta a décidé de “saisir” les médias en prenant la parole dans La Provence. “Quand on alerte les médias, c’est mieux que les lettres recommandées”, sourit-il.

Contactée par franceinfo, la gendarmerie de région rappelle que, depuis 2011, “il est possible d’utiliser des véhicules saisis en cours de procédure”. “Visiblement, ce véhicule fait partie d’une procédure qui n’est pas encore clôturée”, explique-t-elle, avant de renvoyer vers le Cacir. Contacté par nos soins, ce dernier n’a pas répondu pour le moment.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Rennes 2 ~University cancels exams due student protests..

L’université Rennes 2 annonce l’annulation des examens en raison du blocage du site

Les étudiants et manifestants responsables du blocage protestent contre la loi réformant les conditions d’accès à l’université.

L\'université Rennes 2 (Ille-et-Vilaine) lors d\'un blocage, le 1er février 2018.

L’université Rennes 2 (Ille-et-Vilaine) lors d’un blocage, le 1er février 2018. (MATHIEU PATTIER / SIPA)

L’université Rennes 2 a annoncé sur son compte twitter l’annulation des examens qui étaient prévus pour le jeudi 17 mai. “Un groupe d’environ 300 individus, dont une partie cagoulée et extérieure à l’établissement, s’est organisé pour bloquer les bâtiments où devaient se dérouler les examens”, a indiqué la direction de l’université sur Twitter, avant de condamner “fermement ce nouveau blocage”. Les étudiants protestent contre la loi réformant les conditions d’accès à l’université.

Les conditions normales d’examens n’étant plus garanties, l’équipe de direction a décidé d’annuler les épreuves prévues aujourd’hui.L’université de Rennessur Twitter

L’université a précisé que les personnes responsables du blocage ont “ouvert par effraction plusieurs salles, avant de boucher les différentes entrées “afin d’empêcher l’accès aux épreuve”. Les examens à Rennes 2 avaient déjà été reportés, en raison d’un blocage d’un mois. L’université avait été évacuée lundi matin par les forces de l’ordre.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

SpaceX, Falcon 5 Block 5, launches it’s most powerful rocket.

SpaceX a lancé avec succès Falcon 9 Block 5, sa plus puissante fusée

Cette fusée de nouvelle génération, présentée comme plus puissante et plus facile à réutiliser que sa petite soeur Falcon 9, a effectué son vol inaugural vendredi, après un report de 24 heures.

This new generation rocket, presumed to be more powerful and easier to re-use than it’s little sister Falcon 9, makes it’s inaugural flight on Friday (yesterday), after it’s 24 hour test flight.

La fusée Falcon 9 Block 5, de la société américaine SpaceX, décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis), le 11 mai 2018. 

La fusée Falcon 9 Block 5, de la société américaine SpaceX, décolle de Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis), le 11 mai 2018.  (SPACEX / TWITTER)

Il s’agit du neuvième tir réalisé par la société américaine SpaceX cette année. L’entreprise d’Elon Musk a réussi à lancer sa fusée de nouvelle génération Falcon 9 Block 5, vendredi 11 mai, après un report du tir prévu à l’origine jeudi. Cette nouvelle fusée a transporté à son bord Bangabandhu Satellite-1, le tout premier satellite de communication en orbite haute du Bangladesh.

“Décollage !”, a tweeté SpaceX, peu après que la fusée a quitté son pas de tir à Cap Canaveral, en Floride (Etats-Unis) à 16h14 heure locale, l’heure prévue du lancement. Le premier étage de la fusée s’est ensuite posé comme prévu sur la barge stationnée dans l’océan Atlantique, appelée “Of Course I Still Love You”.

 

Il s’agissait du vol inaugural de cette fusée de nouvelle génération, présentée comme plus puissante et plus facile à réutiliser que sa petite soeur, Falcon 9. Jeudi après-midi, SpaceX avait été contrainte de reporter le tir, le compte à rebours ayant été interrompu automatiquement moins d’une minute avant l’heure fixée du lancement.

Prévue pour être réutilisée jusqu’à dix fois

Ce lanceur est appelé à propulser des humains vers la Station spatiale internationale (ISS), à bord d’une version habitée de la capsule Dragon. Pour l’heure, seule une version sans équipage de Dragon existe pour ravitailler l’ISS, et en ramener matériels et expérimentations sur Terre. Le premier vol habité est prévu pour le mois de décembre. Ce sera alors la première fois, depuis la fin du programme américain de navettes spatiales en 2011, qu’un vaisseau transportant des êtres humains décollera des Etats-Unis.

Falcon 9 Block 5 est prévue pour être réutilisée jusqu’à dix fois, avec une maintenance minimale après chaque tir, a indiqué Elon Musk à la presse jeudi. “Nous nous attendons à ce qu’il n’y ait aucune intervention entre les vols, tout comme pour un avion”, a-t-il expliqué.

Le Block 5 est l’ultime mise à jour de la flotte des lanceurs Falcon 9. Par la suite, SpaceX entend se concentrer sur sa prochaine génération de lanceurs puissants, les BFR. L’entreprise d’Elon Musk est également parvenue à récupérer onze de ses lanceurs sur la terre ferme, et quatorze sur une barge en mer, dans le cadre d’efforts pour limiter le coût des lancements en recyclant une partie des fusées.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Eurovision Song Contest: China pulls transmission of Ireland’s Song and Albania’s tatoos.

Le concours de l’Eurovision diffusé en Chine, mais sans tatouages ni couple gay

La plateforme MangoTV a diffusé une demi-finale du concours expurgée de certains éléments considérés comme déviants par le régime, mercredi, sur l’internet chinois.

Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l\'Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018.

Eugent Bushpepa, candidat albanais au concours de l’Eurovision, lors de la première demi-finale, à Lisbonne, le 8 mai 2018. (JOERG CARSTENSEN / DPA)

L’Eurovision victime de la  censure en Chine. La demi-finale, diffusée mercredi 9 mai, sur la plateforme chinoise MangoTV, a été expurgée d’éléments considérés comme déviants des “valeurs centrales du socialisme” : représentation de l’homosexualité et tatouages.

La prestation de l’Irlandais Ryan O’Shaughnessy a été coupée au montage, en raison de la présence d’un couple d’hommes dansant sur la scène, pendant sa ballade Together. Et MangoTV a également flouté des drapeaux arc-en-ciel présents dans le public. En Chine, l’homosexualité est de plus en plus acceptée au sein de la population, mais elle reste taboue dans les films et séries télévisées. Et tout “contenu homosexuel” est interdit de diffusion sur les sites internet de streaming.

Le passage du chanteur albanais Eugent Bushpepa, tatoué aux bras, a été coupée, car les autorités interdisent depuis janvier de montrer des tatouages à la télévision. Des footballeurs de l’équipe nationale de Chine avaient d’ailleurs été forcés de porter des bandages pour cacher leurs tatouages, durant des matchs internationaux, avait indiqué la presse chinoise en mars.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Rockefeller Art Collection on auction in New York by Christies for charity.

La “Fillette” de Picasso adjugée 115 millions de dollars : les enchères de la collection Rockefeller deviennent les plus chères de l’histoire.

La Fillette à la corbeille fleurie, went under the hammer at $115M: The auctions of the Rockefeller art collection becomes the richest in history.

Les tableaux d’artistes européens que possédait le dernier grand héritier de la richissime famille ont suffi à pulvériser à New-York chez Christie’s mardi le record détenu jusque-là par la collection d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé.

Le tableau de Claude Monet les \"Nymphéas en fleurs\", ici à Londres en février 2018, a été vendu lors de la vente organisée par Christie\'s de New York.

Le tableau de Claude Monet les “Nymphéas en fleurs”, ici à Londres en février 2018, a été vendu lors de la vente organisée par Christie’s de New York. (TOLGA AKMEN / EPA)

Avec des ventes atteignant près de 650 millions de dollars, les enchères de la prestigieuse collection Rockefeller sont devenues les plus chères de l’histoire. Elles s’étalent sur plusieurs séquences mais dès le premier soir, mardi 8 mai, les tableaux d’artistes européens que possédait le dernier grand héritier de la richissime famille ont suffi à pulvériser le record détenu jusque-là par la collection d’Yves Saint-Laurent et Pierre Bergé, partie pour 484 millions en 2009.

Des records d’enchères pour plusieurs peintres

La maison Christie’s avait annoncé une soirée à records. La promesse a été tenue. La vente a établi des records d’enchères pour plusieurs peintres. Le tableau qui ornait l’escalier de la maison de campagne des Rockefeller, Les Nymphéas en fleurs de Claude Monet, est parti pour plus de 84 millions de dollars. La vente a aussi signé un nouveau record pour une oeuvre d’Henri Matisse. L’Odalisque couchée aux magnolias, un tableau peint à Nice en 1923 a été cédé pour près de 81 millions de dollars.

 

La soirée a été également marquée par des records personnels pour des toiles d’Eugène Delacroix, d’Armand Seguin et Jean-Baptiste Corot.

La seule petite déception, s’il en est, est venue de la star de l’immense collection de Rockefeller. La Fillette à la corbeille fleurie, une oeuvre datant de 1905, de la période bleue de Picasso, estimée à 100 millions, a été acquise pour 115 millions de dollars, après seulement trois minutes d’enchères, dans une salle restée silencieuse. Cette vente a été blouclée sans aucun applaudissement. C’est que l’on s’attendait à un peu plus de folie.

‘Odalisque couchée aux magnolias’ by Henri Matisse.

La soirée de mardi aura en tout cas rapporté plus de 646 millions de dollars. Et elle est loin d’être achevée. Il reste encore cinq sessions d’enchères, ainsi que les ventes sur internet pour la totalité de la collection Rockefeller. Avec peut-être, en ligne de mire, la barre du milliard de dollars…

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Bataclan: Trump uses Paris attack to defend gun laws in USA.

“Va te faire f…” : des rescapés du Bataclan répondent à Donald Trump.

“Go and f*** off”: a Bataclan survivor responds to Trump.

Le président des Etats-Unis a de nouveau utilisé les attentats de Paris, vendredi 4 mai à Dallas, pour justifier sa politique sur les armes à feu : il reste opposé à une régulation plus restrictive du port d’armes dans son pays.

The USA president has again referenced the Paris attacks, on Friday 4 May in Dallas, to justify his political stance on guns: he remains opposed to more restrictive regulations on the carrying of guns in the USA.

Emmanuel Domenach, rescapé du Bataclan et ancien vice-président de l\'association 13 Onze 15 : fraternité et vérité, lors d\'une conférence de presse à Paris, le 10 novembre 2016.

Emmanuel Domenach, rescapé du Bataclan et ancien vice-président de l’association 13 Onze 15 : fraternité et vérité, lors d’une conférence de presse à Paris, le 10 novembre 2016. (JACQUES DEMARTHON / AFP). Survivor and former vice-president of the support group 13 Onze 15, fraternity and truth at a press conference in Paris on 10 Nov 2016.

Même s’il a quitté sa fonction de vice-président de l’association 13 Onze 15 : fraternité et vérité, la voix d’Emmanuel Domenach continue de porter. Il ne s’est donc pas privé de dire ce qu’il pensait de la dernière sortie de Donald Trump au sujet des attentats de Paris de novembre 2015. Sa formule est lapidaire. “Cher Donald Trump, va te faire f… (tu peux utiliser une arme si tu veux)”, a-t-il écrit en anglais, sur Twitter, samedi 5 mai.

Aurelia Gilbert, elle aussi rescapée du Bataclan, s’est directement adressée à la déléguée interministérielle à l’aide aux victimes. “Plutôt que me donner une médaille, pourriez-vous demander à @francediplo d’exiger des excuses de @realDonaldTrump?”, lui a-t-elle demandé sur Twitter.

Lors d’un discours à la convention de la NRA (National Rifle Association), vendredi 4 mai, Donald Trump a de nouveau utilisé les attentats de Paris pour justifier sa politique sur les armes à feu : il reste opposé à une législation plus restricte sur le port d’armes aux Etats-Unis. “Personne n’a d’arme à Paris et on se souvient tous des 130 personnes [tuées] et du nombre énorme de personnes horriblement, horriblement blessées”, a-t-il déclaré à Dallas (Texas), devant le lobby des armes aux Etats-Unis.

Le président américain ne s’est pas contenté de mots, il a aussi mimé avec les mains le massacre.

Ils les ont exécutés, l’un après l’autre. Boom. Viens ici. Boom. Viens ici. Les survivants ont dit que ça a duré une éternité. Mais si un employé, si quelqu’un dans cette salle avait une arme, les terroristes se seraient enfuis ou seraient morts. Ça aurait été une tout autre histoire.Donald Trumplors de la convention annuelle de la NRA

Contacté par nos confrères du HuffPost, Philippe Duperron, l’actuel président de l’association 13 Onze 15 : fraternité et vérité, demande “une réaction officielle de la part de la diplomatie française”.

Notre réaction, c’est d’abord du dégoût face à des clowneries inacceptables.Philippe Duperronau Huffington Post

François Hollande dénonce les “dérapages verbaux inacceptables, insupportables” de Donald Trump sur le Bataclan.

Holland denounces Trump’s unacceptable “verbal diatribes” about the Bataclan. 

“Je savais qu’il était capable de beaucoup de débordements, de dérapages et d’insultes. Mais là une étape a été franchie”, a réagi l’ancien président de la République au sujet de Donald Trump.

François Hollande dénonce les \"dérapages verbaux insupportables\" de Donald Trump.

François Hollande dénonce les “dérapages verbaux insupportables” de Donald Trump. (LIONEL BONAVENTURE / POOL / AFP)

Président de la République au moment des attentats du 13-Novembre, François Hollande a vivement réagi dimanche 6 mai aux propos de Donald Trump sur le Bataclan. “Les dérapages verbaux, la gesticulation de Donald Trump sont inacceptables, insupportables“, assène l’ancien chef d’État.

Cela ajoute de l’indécence à l’indélicatesse vis-à-vis des victimes“, a-t-il poursuivi. François Hollande ajoute ne pas pouvoir “accepter pour les victimes et pour la France qu’il puisse y avoir ce type de comportement et de dérapage de la part du président des Etats-Unis“.

Il y a une attaque verbale par rapport à ce qui a été un attentat en France et au comportement de la police lorsqu’elle a été confrontée à cette agressionFrançois Hollandefranceinfo

Le comportement de Donald Trump pointé du doigt

François Hollande reproche à Donald Trump ce nouveau dérapage. “Je savais qu’il était capable de beaucoup de débordements, de dérapages et d’insultes. Mais là une étape a été franchie“, considère l’ancien président de la République.

Nous sommes amis avec le peuple américain, mais il est difficile de l’être encore avec Donald TrumpFrançois Hollandefranceinfo

Il n’est pas possible d’avoir la moindre relation d’amitié avec Donald Trump“, tranche même François Hollande. “Nous avons là tout ce que Donald Trump peut, dans certains cas, avoir comme comportement“.

Pas de réaction d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron n’a pas réagi aux propos polémiques de Donald Trump. “Je n’ai pas à juger du comportement de la France, la France a réagi. Il s’agit d’abord du comportement de Donald Trump“, indique François Hollande. “Moi j’ai considéré que c’était à moi de le faire compte tenu de ce qui s’était passé le 13 novembre, compte tenu de mes responsabilités à ce moment-là et de la douleur des victimes“, a-t-il ajouté.

Indignation générale de la classe politique

Les propos polémiques de Donald Trump sur les attentats du 13-Novembre à Paris et Saint-Denis, qui a osé mimer la prise d’otages au Bataclan, continuent de provoquer la colère de la classe politique française.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère des Affaires étrangères indique que “la France exprime sa ferme désapprobation des propos du président Trump au sujet des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et demande le respect de la mémoire des victimes des attentats du 13 Novembre“. Les propos du président américain ont également suscité l’indignation des victimes des attentats du 13-Novembre. Plusieurs ont réagi sur les réseaux sociaux.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Air France strike costing €300M. Staff reject new offer. CEO resigns. Will it survive?

Endetté, sans PDG et paralysé par la grève, le groupe Air France peut-il se crasher ? Seriously indebted, without a CEO and paralysed by the strike, group Air France will it ruin itself?

Un PDG qui démissionne, une concurrence qui se développe… L’avenir de la compagnie aérienne semble incertain.

Un avion d\'Air France à l\'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 24 avril 2018

Un avion d’Air France à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 24 avril 2018 (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

“La survie d’Air France est en jeu.” Les propos tenus par Bruno Le Maire, dimanche 6 mai sur BFMTV, laissent craindre le pire pour “ce fleuron national”. Le ministre de l’Economie et des Finances s’est montré alarmiste alors que la grève portant sur la question des salaires se poursuit au sein de la compagnie aérienne. La crise sociale est telle qu’elle a poussé le PDG d’Air France, Jean-Marc Janaillac, à démissionner. Le Premier ministre Edouard Philippe s’est lui-même dit “préoccupé par la situation” lundi et a souligné que la compagnie était “soumise à une concurrence délicate”. Le groupe Air France-KLM est-il vraiment menacé ? Eléments de réponse.

Oui, des compagnies nationales ont déjà disparu

“On ne peut pas dire qu’Air France est encore à genoux, mais des compagnies nationales qui ont disparu sont légion”, assure Michel Albouy, professeur de finance à l’université-Pierre Mendès-France de Grenoble. En 1991, la Pan American Airlines, pourtant leader aux Etats-Unis, avait ainsi déposé le bilan après la libéralisation de l’espace aérien américain. “Personne n’est à l’abri, Air France non plus.”

“On a l’exemple de Swissair, qui a été reprise par Lufthansa en 2005, rappelle aussi ce spécialiste. Comme Air France, c’était une référence : l’Etat était actionnaire et la société portait les couleurs du drapeau national. C’était très internationalisé.” Ce qui n’a pas empêché la compagnie de couler en 2001 après de profondes difficultés. Elle a dû être relancée avec l’aide de l’Etat suisse en 2002 avant de finalement être vendu au géant allemand. L’expert cite encore l’exemple de la compagnie belge Sabena, qui a fait faillite en 2001, croulant sous les dettes, après le désengagement de l’Etat belge en 1995.

Par ailleurs, cette crise a un coût important

La crise sociale qui s’éternise risque de coûter cher au groupe. Les journées de grève successives ont fait perdre près de 300 millions d’euros depuis le début de l’année. Et la facture risque encore de gonfler si le mouvement persiste. Avec “80%” des vols prévus mardi, le mouvement de contestation perdure. La démission vendredi de Jean-Marc Janaillac augure une période de flottement. L’un des membres du conseil d’administration doit être nommé pour quelques mois afin d’assurer une gouvernance de transition, explique Le Figaro (article payant).

Mais c’est davantage I’image négative des grèves qui pourrait peser plus encore sur l’économie du groupe. Dans un entretien au Figaro, l’économiste libéral Nicolas Bouzou revient sur le sujet s’adressant directement aux grévistes : “Quel masochisme peut nous pousser à vous rester fidèles dans ces conditions ?” Prenant en exemple des compagnies comme EasyJet, “qui a considérablement développé son réseau ces dernières années”, il s’interroge sur la “faute morale” des grévistes.

En plus, la participation de l’Etat ne protège pas Air France

L’Etat détient environ 14% des parts du groupe. Mais Air France n’est pas pour autant une entreprise publique et une recapitalisation de l’Etat n’est pas à l’ordre du jour. Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, se montre même très distant sur la situation du groupe. “Ceux qui pensent que l’Etat viendra à la rescousse et épongera les pertes d’Air France se trompent, a-t-il affirmé dimanche sur BFMTV.

Selon Marc Ivaldi, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS), “Air France est un groupe privé. Il ne faut pas confondre avec la SNCF. L’Etat est actionnaire et doit se comporter comme tout actionnaire. S’il subventionnait, il dérogerait aux règles de la concurrence saine et se ferait taper sur les doigts !” Et de conclure : “C’est une erreur stratégique de croire que l’Etat peut aider Air France.”

Nicolas Bouzou va même plus loin en estimant que l’Etat doit sortir du capital. “Air France peut encore être sauvée, mais il faut pour cela un désengagement de l’Etat qui, dès le départ, a empêché cette société de se développer considérablement”, assure-t-il dans Le Figaro. S’il convient que l’opération financière ne sera pas une aubaine en raison du faible prix des actions, celui qui a réalisé une mission de conseil pour la compagnie aérienne française en 2015, estime que “l’État devrait laisser à un actionnaire qui s’en sentirait capable les mains libres pour redresser et restructurer cette compagnie et faire vivre cette marque”.

Mais le groupe reste solide grâce à KLM

En rachetant KLM en 2003, Air France est devenu l’un des plus grands groupes mondiaux de transport aérien. Dans un contexte concurrentiel de plus en plus contraignant et face à une importante croissance du secteur, les alliances deviennent nécessaires.

Michel Albouy affirme que le trafic aérien va exploser, ce qui doit inciter les groupes aériens à s’armer du mieux possible. “Sans KLM, ce serait terminé. Air France n’existerait plus”, affirme-t-il. Transavia, filiale de la compagnie néerlandaise, a par exemple permis au groupe de faire face à la concurrence florissante des compagnies low cost. Et la concurrence s’est également organisée, avec par exemple le groupe IAG qui rassemble British Airways, Iberia et Vueling.

Marc Ivaldi confirme que la fusion avec l’entreprise néerlandaise est “un atout”. Ce spécialiste de la finance précise toutefois que “KLM n’apprécie pas ce qu’il se passe” chez Air France. Aux Pays-Bas, la presse populiste milite pour la séparation de KLM et d’Air France, rapporte Le Point. Le quotidien ajoute qu’entre le syndicat majoritaire des pilotes de KLM et son homologue français, les contacts sont quasiment rompus depuis la grève de 2016.

C’est également l’avis du patron de KLM, Pieter Elbers. “C’est très décevant que nos collègues d’Air France se soient prononcés contre les propositions de Jean-Marc Janaillac”, a-t-il dit après le rejet par les salariés d’Air France de la proposition d’accord de la direction.

Même si les résultats ne sont pas aussi bons que prévus

Si l’on en croit le syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), le groupe est plutôt sur la bonne voie. “En 2017, Air France-KLM a diminué sa dette de 3,6 milliards d’euros à 1,6 milliard d’euros, assure son président, Philippe Evain, sur France Inter. Air France seule n’a plus que 800 millions d’euros de dettes nettes. Donc il n’y a aucun souci de danger pour l’entreprise, ni de dette à éponger de l’Etat.” Le 15 février dernier, Jean-Marc Janaillac évoquait de “solides résultats, dans un environnement économique porteur”.

Mais selon un document confidentiel que s’est procuré Libération, ces résultats s’avèrent préoccupants lorsque l’on dissocie les comptes de KLM de ceux d’Air France. Alors que la compagnie néerlandaise “apporte deux tiers des bénéfices”, la compagnie française enregistre “une forte dégradation des coûts de production par rapport au budget initialement prévu”. La progression du bénéfice n’atteindrait que 95 millions d’euros au lieu des 218 millions annoncés. Toujours selon le quotidien, Air France est déficitaire sur deux de ses trois principales activités : les moyen-courriers et les courtes distances. Seuls les vols long-courriers génèrent des bénéfices.

Enfin, le prix à la hausse du carburant, ainsi que la perte de 269 millions d’euros au premier trimestre, incitent le groupe à la prudence. “Air France s’est redressée, mais pas à un point tel que les pilotes puissent demander 6% d’augmentation”, nuance Michel Albouy. “Une telle augmentation représente 450 millions d’euros par an de surcoût”, souligne-t-il pour franceinfo.

“Le temps presse”, lance pour sa part le consultant aéronautique et transport Gérard Feldzer. Il ne faudrait pas que ça dure encore des semaines et des mois. Il va falloir trouver une issue honorable pour tout le monde”, dit-il sur franceinfo, confirmant lui aussi, “que l’on ne peut pas prétendre que la compagnie Air France est insubmersible”.

Air France : le PDG Jean-Marc Janaillac annonce sa démission après le rejet de l’accord salarial par plus de 55% des salariés

Le PDG de la compagnie avait lié son sort au résultat de ce vote.

Jean-Marc Janaillac, le 27 juillet 2016, à Paris.

Jean-Marc Janaillac, le 27 juillet 2016, à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

La crise a eu raison du PDG d’Air France. Jean-Marc Janaillac a annoncé sa démission, vendredi 4 mai, après le rejet par 55,44% des salariés d’un accord salarial proposé par la direction. Le patron d’Air France-KLM avait lié son sort à la tête de la compagnie au résultat de ce vote. Quelques minutes après l’annonce du résultat, le patron d’Air France-KLM a donné une conférence de presse.

Au-delà des attentes salariales, ce vote est le résultat d’un malaise. En cohérence avec l’engagement que j’ai pris, j’assume les conséquences de ce vote et je remettrai dans les prochains jours ma démission.Jean-Marc Janaillaclors d’une conférence de presse

“J’espère désormais qu’Air France saura se donner les moyens de son rebond”, a continué Jean-Marc Janaillac, alors que la compagnie est engluée dans la crise depuis plusieurs semaines. 80,33% des salariés ont pris part au référendum, proposée par la direction pour mettre fin à la grève.

Le gouvernement appelle “au sens des responsabilités de chacun”

Après l’annonce de cette démission, le gouvernement a appelé “au sens des responsabilités de chacun”. “Le gouvernement prend acte du résultat de la consultation interne organisée par la direction d’Air France-KLM. Il salue le courage de Jean-Marc Janaillac et le travail de redressement qu’il a mené depuis deux ans au sein du groupe”, indique un communiqué commun du ministre de l’Economie Bruno Le Maire et la ministre des Transports Elisabeth Borne.

Air France : le conflit coûte 300 millions d’euros à la compagnie aérienne

La compagnie entre dans son 13e jour de grève vendredi.

13th day of strike today Friday.

Des avions Air France à l\'aéroport Charles de Gaulle à Roissy, le 24 avril 2018.

Des avions Air France à l’aéroport Charles de Gaulle à Roissy, le 24 avril 2018. (STEPHANE DE SAKUTIN / AFP). Air France aircraft at CDG airport on 24 April 2018.

Le coût du conflit chez Air France s’élève à près de 300 millions d’euros, selon la direction qui a confirmé vendredi les estimations données par franceinfo. La compagnie aérienne entame vendredi 4 mai son 13e jour de grève. Depuis deux mois, direction et syndicats s’affrontent sur la question des salaires. Cette perte estimée de 300 millions est plus élevée que les hausses de rémunérations réclamées au départ par l’intersyndicale d’Air France qui s’élevaient à 240 millions d’euros. “Un montant pas réaliste”, avait répondu le PDG de la compagnie Jean-Marc Janaillac, au début du conflit.

Grève indolore pour les clients

La direction fait tout pour que cette grève soit indolore pour ses clients et c’est cela qui engendre cette perte. D’abord, la compagnie tente de satisfaire les voyageurs concernés par la grève. Elle propose des nuits d’hôtels et autres dédommagements sont pris en charge par la compagnie pour les passagers dont les vols sont annulés.

Ensuite, la direction s’organise pour que les avions décollent le plus possible. Elle prévoit 75% des vols vendredi. “Il y a une mise en place de l’affrètement d’avions par des compagnies à bas coûts, mais aussi pour les affrètement d’équipages”, explique Jérôme Beaurain, mécanicien à Roissy et élu du syndicat Sud aérien.

Concernant la maintenance, il y a l’utilisation de sociétés sous-traitantes ou l’externalisation de chantiers de maintenance. Voilà l’ensemble des procédés déployés par notre direction.Jérôme Beaurain, mécanicien à Roissy et élu du syndicat Sud aérienà franceinfo

Les clients historiques commencent malgré tout à s’agacer. C’est le cas de Voyageurs du monde. Air France est le premier fournisseur aérien du voyagiste tricolore.

“Moins de réservations chez Air France”

“On réagit au coup par coup de façon à avoir le moins de conséquences pour nos clients, raconte le PDG de Voyageurs du monde, Jean-François Rial. C’est extrêmement compliqué pour nous, c’est très pénible, ça nous mange un temps incroyable, ça génère du stress inutile. Je suis obligé de faire travailler des gens le soir, c’est une pagaille noire”, précise-t-il.

Pour cet été, le patron explique “n’avoir rien annulé du tout”, mais avoir “pris moins de réservations avec Air France”.

Il est vrai que sur les nouvelles réservations, il y a une part du business qui allait chez Air France et qui n’y va pas.Jean-François Rial, PDG de Voyageurs du mondeà franceinfo

Jean-Marc Janaillac a lancé une consultation de tous les salariés d’Air France sur l’accord salarial rejeté par l’intersyndicale et mis son poste en jeu. S’il n’obtient pas un “oui” de la part des 44 000 salariés, il démissionnera. La consultation prend fin ce vendredi soir à 18 heures.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

New Caledonea: Macron visits the Ouvéa shrine.

“Ne venez pas nous déranger” : 30 ans après l’assaut de la grotte d’Ouvéa, Emmanuel Macron attendu en Nouvelle-Calédonie dans un climat loin d’être apaisé

Trente ans après l’assaut de la grotte d’Ouvéa, la visite d’Emmanuel Macron en Nouvelle-Calédonie jeudi 3 mai 2018 ne fait pas l’unanimité. La population reste encore profondément marquée par le drame.

Le mémorial de Wadrilla dédié aux 19 indépendantistes kanaks tués lors de l\'assaut de la grotte d\'Ouvéa, en 1988. 

Le mémorial de Wadrilla dédié aux 19 indépendantistes kanaks tués lors de l’assaut de la grotte d’Ouvéa, en 1988.  (THEO ROUBY / AFP)

C’est la première visite d’un président français depuis l’assaut de la grotte d’Ouvéa en Nouvelle-Calédonie le 5 mai 1988 : à la suite d’une prise d’otages, les forces spéciales de l’armée françaises interviennent. Le bilan humain est lourd : 6 morts côté forces de l’ordre, 19 côté kanak.

Cette visite présidentielle ravive chez certains un traumatisme. Au nord de l’île, dans la tribu de Gossanah où, le 24 avril 1988, on a vu fondre les hélicoptères de l’armée française. Deux jours plus tôt, l’occupation de la gendarmerie, au sud, a dégénéré : une partie du commando s’est retranchée avec des otages dans une grotte à proximité de Gossanah. “L’armée est arrivée le 24 au matin, se souvient Macky Wéa, 70 ans aujourd’hui. Le soir, à 20 heures, on était enfermés dans trois cases. On nous a libérés le 29 au soir. On nous donnait un verre d’eau le matin, un autre le midi, un autre le soir.

“Ne venez pas nous déranger”

Macky se souvient de la violence des interrogatoires, l’humiliation ressentie, l’assaut meurtrier, et, un an plus tard, l’assassinat des leaders du Front de Libération nationale kanak et socialiste (FLNKS) Jean-Marie Djibaou et Yéwéné Yéwéné, tués par le frère de Macky, Djubelly Wéa. Les commémorations appartiennent aux gens de l’île : voilà ce qu’on dit à Gossanah. Emmanuel Macron n’est donc pas le bienvenu.

Pour nous, c’est une insulte. Il n’a pas de respect par rapport à la population d’Ouvéa. On utilisera tous les moyens pour que Macron ne se tienne pas devant la tombe de nos enfantsMacky Wéaà franceinfo

Monsieur Macron, restez chez vous, ne venez pas nous déranger, ajoute quant à lui Benoît Tangopi, l’un des survivants de la grotte, aujourd’hui porte-parole de la chefferie de Gossanah. C’est l’État français qui vient. Et on sait qu’en 1988, c’est le président de la république qui avait donné l’ordre pour attaquer la grotte. Et on n’est pas prêts de l’accepter“.

Emmanuel Macron est d’autant moins bienvenu que ses équipes n’y auraient pas mis les formes. “On nous surprend. Il n’y a jamais eu de gestes de faits. Et maintenant on tente de faire des petits pansements pour corriger l’erreur qu’ils ont fait“, répond Macky Wéa.

Des règlements de compte vieux de 30 ans

Alors qu’une bonne partie de la population, et notamment les institutions de l’île, s’apprêtent à accueillir le président, certains messages s’affichent. Notamment à Wadrilla, devant le monument qui abrite les dépouilles des 19 kanaks morts dans l’assaut, où le chef de l’État doit se recueillir samedi. Un message signé IKS pour “Indépendance kanak socialiste”. “Je ne vois pas en quoi cette visite dérange. On a fait le tour des familles (17 sur 19). Toutes les chefferies sont d’accord pour que Macron vienne“, explique Robert Kapoéri, acteur lui aussi du drame il y a 30 ans, aujourd’hui conseiller municipal d’Ouvéa.

On veut faire avancer les choses, et puis on fait reculer de 100 pas en arrière“, se lamente Alexandre Walep. Il était dans la grotte en 1988. “On est encore sous le drapeau français. On ne peut pas l’empêcher de le faire“, confie-t-il.

Cérémonie silencieuse

Réconciliation entre les hommes, mais pas avec les institutions. Un référendum d’autodétermination sera organisé dans six mois. “Je ne voterai pas, explique Benoît Tangopi. C’est quelque chose pour nous diviser“. “Est-ce qu’Emmanuel Macron vient pour l’unité ou la division ?“, s’interroge Alexandre Walep.

À Ouvéa peut-être plus encore plus qu’ailleurs, les mots d’Emmanuel Macron seront cruciaux samedi 5 mai. Des mots glissés en aparté aux familles et aux officiels. La cérémonie, elle, sera entièrement silencieuse.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Public transport strike continues in France.

Grève à la SNCF : 1 TGV et 1 Transilien sur 2, 2 TER sur 5 et 1 Intercités sur 3 prévus jeudi

Le mouvement de grève à la SNCF reprend jeudi et vendredi avec une baisse dans la mobilisation.

Des usagers sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 9 avril 2018.

Des usagers sur un quai de la gare Saint-Lazare, le 9 avril 2018. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

La grève faiblit sensiblement. La direction de la SNCF prévoit, pour la journée du jeudi 3 mai, un TGV sur deux, un Transilien sur deux, deux TER sur cinq, un Intercités sur trois et trois trains sur cinq à l’international. La grève reprend mercredi 2 mai à 19 heures et court jusqu’à samedi 5 mai à 8 heures.

Selon les prévisions, 29,8% des agents seront en grève, contre 32,3% le 24 avril, soit le “dernier jour ouvrable comparable avec la situation de demain, 3 mai”, indique Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien.

La direction de la SNCF annonce une proportion de conducteurs (52% contre 77%), de contrôleurs (40% contre 61%) et d’aiguilleurs (23% contre 38%), ce qui représente une baisse sensible par rapport aux premiers jours du mouvement.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

Snow at the end of April, not a return to winter.

Neige fin avril : “Il n’y a pas de quoi s’inquiéter, on ne retombe pas dans l’hiver !”

Prévisionniste à Météo France, Etienne Kapikian explique à franceinfo que les situations de “printemps chaotiques”, avec de fortes fluctuations entre un épisode de chaleur et une vague de froid ne sont pas rares.

L\'épisode de froid qui touche une partie du pays lundi 30 avril 2018 ne devrait pas durer, selon les prévisionnistes de Météo France.

L’épisode de froid qui touche une partie du pays lundi 30 avril 2018 ne devrait pas durer, selon les prévisionnistes de Météo France. (MAXPPP)

Des températures très basses, de la pluie, un vent frais et même de la neige en Normandie. Une large partie nord-ouest du pays a froid, lundi 30 avril, après avoir vécu “une séquence estivale précoce remarquable” la semaine précédente. Interrogé par franceinfo, Etienne Kapikian, prévisionniste à Météo France se veut rassurant : ce phénomène n’est pas inédit et ne va pas durer.

Franceinfo : après un épisode marqué par de fortes chaleurs, certaines régions connaissent un froid vigoureux… Comment expliquer ce phénomène ?

Etienne Kapikian : Il y a dix jours, nous étions sous un puissant anticyclone qui recouvrait une bonne partie de l’Europe avec des masses d’air remarquablement chaudes. Aujourd’hui, on a une dépression qui s’est creusée sur la France et est remontée sur le nord du pays. Avec son creusement, elle aspire de l’air chaud sur son côté est de l’Europe centrale, où on bat aujourd’hui des records de chaleur. Par exemple, il fait 28 °C à Varsovie aujourd’hui. Au même moment, cette dépression aspire de l’air froid sur son côté ouest, par les îles britanniques et côté Atlantique, de l’air plus frais qui descend par le nord-ouest.

Ce froid, aspiré par cette dépression, est exacerbé par les précipitations intenses qui font encore plus baisser les températures sur la Normandie, la région parisienne et la Picardie. La fraîcheur remarquable n’est pas à l’échelle de toute la France. Certaines régions sont aujourd’hui dans les normales de saison.

Est-ce un phénomène inédit à la veille d’un 1er mai ?

Non, cela n’a rien d’inédit. En 1997, on avait eu de la chaleur fin avril et début mai et les 7 et 8 mai, il avait neigé notamment en Touraine. A l’inverse en 1945, il neigeait le 1er mai sur certaines régions de France et une semaine plus tard, il faisait très chaud.

C’est notre climat, très variable : des printemps chaotiques avec des fluctuations importantes, des masses d’air très variables, sur la direction des vents et les déplacements de dépressions.

Cet épisode de froid va-t-il durer ?

Non, ce n’est pas durable. Dès mardi, après une fraîcheur matinale bien présente (on pourrait avoir quelques gelées locales), nous allons retrouver dans l’après-midi un soleil qui va réchauffer l’atmosphère. Ce ne sera pas non plus du grand beau temps, mais on aura 13 à 15°C pour des régions où il a fait très frais aujourd’hui, des côtes normandes à l’Ile-de-France, soit une hausse de températures de 7 à 10°C en une journée. Sur le reste du pays, les fluctuations seront moindres.

Le week-end prochain s’annonce également doux : dimanche, on devrait dépasser les 20°C sur quasiment toute la France et même atteindre les 25°C par endroit. C’était un épisode très passager, il n’y a pas de quoi s’inquiéter, on ne retombe pas dans l’hiver !

Posted in Uncategorized | Leave a comment