Chest of drawers, that disappeared during the French Revolution, comes back again to Versailles.

Une commode disparue pendant la Révolution revient à Versailles

Une commode du XVIIIe siècle vient d’être rachetée par le château de Versailles à un collectionneur américain, alors qu’elle avait disparu pendant la Révolution française.

The piece of furniture from the XVIII century has been bought by the chateau of Versailles from an American collector. It had vanished during the French Revolution.

Le directeur du Musée National du château de Versailles, Laurent Salome, inspecte la magnifique commode du XVIIIe siècle que vient d\'acquérir le Musée pour 4 millions d\'euros. Le meuble avait disparu pendant la Révolution française. 
Le directeur du Musée National du château de Versailles, Laurent Salome, inspecte la magnifique commode du XVIIIe siècle que vient d’acquérir le Musée pour 4 millions d’euros. Le meuble avait disparu pendant la Révolution française.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP). Laurent Salome, director of the Versailles Chateau, inspects the magnificent XVIII century chest of drawers, which was acquired for the museum for 4 million Euros. the piece of furniture disappeared during the French Revolution.

franceinfo Culture avec agencesRédaction CultureFrance Télévisions

Mis à jour le 09/07/2019 | 11:36
publié le 09/07/2019 | 11:36

Cela faisait 230 ans qu’elle avait quitté le château de Versailles. Après une transaction d’un peu plus de 4 millions d’euros, une commode du XVIIIe siècle est de retour dans la résidence des rois de France. Un collectionneur américain a cédé le meuble exceptionnel au Musée de Versailles, qui a pu se l’offrir grâce à un legs.

Le musée du château a fait effectuer une expertise et une analyse poussées afin de s’assurer de son authenticité. Depuis vendredi, la grande commode en laque noire du Japon, oeuvre d’un célèbre ébéniste, Bernard II Van Riesen Burgh dit BVRB, trône à nouveau dans la chambre de la dauphine.”Elle est d’une qualité incroyable”, déclare Laurent Salomé, directeur du musée national du château de Versailles.

“C’est très émouvant car on a l’impression de voir resurgir le château tel qu’il était avant la Révolution”. La commode de style rocaille (ou rococo) avait été livrée en 1745 pour la chambre de la dauphine Marie-Thérèse Raphaëlle d’Espagne, l’épouse du dauphin de France, fils de Louis XV.

Le directeur du Musée National du Chateau de Versailles, Laurent Salome, ouvre la commode du XVIIIe que vient d\'acquérir le Musée, pour la somme de quatre millions d\'euros. Le meuble avait disparu pendant la Révolution française. 
Le directeur du Musée National du Chateau de Versailles, Laurent Salome, ouvre la commode du XVIIIe que vient d’acquérir le Musée, pour la somme de quatre millions d’euros. Le meuble avait disparu pendant la Révolution française.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Numéro 1343

Après le décès de la jeune femme un an plus tard, le meuble était resté dans sa chambre, devenue par la suite celle de la nouvelle dauphine Marie-Josèphe de Saxe. La commode avait ensuite disparu dans le tumulte de la Révolution de 1789. A la fin du XIXe siècle, elle réapparaît sur le marché de l’art mais sa provenance royale a été oubliée.

En 1973, la maison d’enchères Tajan la vend pour 1 million de francs. Puis en 1981, la commode part aux Etats-Unis chez un marchand new-yorkais. Elle resurgit aux enchères en 1998, lors de la dispersion à New York de la collection de ce marchand. En préparant la vente, un expert de la maison Christie’s repère le numéro “1343”, inscrit à l’encre au dos du meuble. Il s’aperçoit qu’il correspond au numéro d’inventaire de la commode de la chambre de la dauphine mentionné dans le journal du garde-meuble de la couronne. Le lien avec la royauté est rétabli. Le château de Versailles songe à se porter acquéreur mais renonce devant l’envol des estimations avancées. En fin de compte, la commode ne part pas aux enchères. Mais Christie’s la vend peu après à un grand collectionneur américain qui la conserve pendant vingt ans. C’est lui qui vient de la vendre à Versailles par l’intermédiaire de Christie’s.

Trafic de faux meubles du XVIIIe

 “Petit à petit on remeuble Versailles. C’est très difficile car tous les meubles ont été dispersés à la Révolution. Certains resurgissent mais ils coûtent très cher”, souligne Laurent Salomé. C’est grâce à un legs très important de Jeanne Heymann, une résidente monégasque, qui a souhaité spécifiquement contribuer au retour à Versailles d’objets d’art d’origine, que le château a pu financer cet achat.

Désormais, pour ses acquisitions, Versailles “redouble de prudence”, assure Laurent Salomé. L’établissement public a été victime d’un trafic de faux meubles XVIIIe qui a éclaté en 2016. Il a acheté entre 2008 et 2012, auprès d’antiquaires parisiens principalement, huit meubles qui se sont avérés être des faux. L’instruction judiciaire est en cours.

“Echaudé”, le château a fait analyser la commode rocaille “sous toutes ses coutures” pendant plusieurs mois, souligne Laurent Salomé. Le Centre de recherche et de restauration des musées de France (C2RMF) a étudié son bois, ses bronzes, ses panneaux de laques.

Conclusion : “La commode paraît homogène et cohérente, les bois ont été abattus à la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle, les bronzes sont du XVIIIe”, indique Mireille Klein, responsable de la filière arts décoratifs au C2RMF. “Les laques sont bien asiatiques et elles ont été complétées par des laques européennes du XVIIIe”, ajoute-t-elle. “Tout cadre.”

La composition de l’encre du fameux numéro 1343 a été analysée par un laboratoire du Muséum national d’histoire naturelle : “Il n’a rien trouvé d’anachronique” par rapport aux inscriptions d’autres meubles de Versailles de la même période, souligne Mireille Klein. “Tous les verrous ont été débloqués. C’est un meuble qui présente tous les atouts”, selon elle.

About bill

Worked in the technical / engineering area as a Science Laboratory Technician and as an Aeronautics Engineer. The artistic side involves writing under the nom de plume of Billy Olsenn, his recently written play 'A Case of Wine' was staged by the players group Straight Make-Up at the 2012 Birr one act drama festival. It's next staging was in the one act circuit is in Cavan, at Maudebawn on Sat 10 Nov 2012. Then it was performed in the Bray, Co.Wicklow at the very popular one act festival in January 2013. Next play is FEAR. A dark tale about revenge on the cruel death of two pensioners by young thugs. Neighbours hatch a devious and dangerous plan to exact old-style revenge. Bill is a member of the Drama League of Ireland and his plays have been critically vetted and certified as original pieces of work by the DLI. Another literary project is that of commemoration of an aircraft crash on Djouce mountain in Wicklow in 1946. Bill wrote articles for the 50th, 60th and most recently the 70th anniversary, (12 Aug 2016) all were published in the Wicklow Times and ensured the survivors of the crash, all French Girl Guides, were not forgotten. Articles reproduced on this website. But mostly this site gives a more general European and specific French slant on popular and not so popular articles of French news, translated to English by the author. Each article is translated on a paragraph by paragraph basis so easy to read in either language and even possible to improve either language by comparison of the short English and French paragraphs. Amusez vous bien. The author is currently writing an easy to read technical aviation book centered around the Fokker 50. Another interest is that dealt with in another of Bill's websites www.realnamara.net, a Statue of the mother of God, Mary. It was erected in 1972 in Dublin, at the end of the Bull Wall near Clontarf, and my grandfather William Nelson, was the main instigator of that project. I give talks on the history of the statue and my grandfather's adventurous and dangerous life at sea. Technical assistance with each website is by J O'N.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.