De Vinci painting: Salvatore Mundi: Doubt thrown on authenticity. C/F post on 15 Nov 2017.

Un Léonard de Vinci controversé aux enchères : “Ce qui cloche, c’est le majeur de la main droite du Christ”. The right hand of Christ is wrong and not typical of De Vinci.

La vente aux enchères mercredi à New York d’un tableau de Léonard de Vinci constitue un événement. Pourtant, un spécialiste français émet des doutes sur l’intégralité de l’authenticité de l’oeuvre.

Since it’s record price achieved at auction in NY, doubt has been cast on the authenticity of the work by an expert.

Le tableau de Léonard de Vinci, \"Salvator Mundi\", mis aux enchères à New York le 15 novembre, est la propriété du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, qui préside le club de football de l\'AS Monaco.

Le tableau de Léonard de Vinci, “Salvator Mundi”, mis aux enchères à New York le 15 novembre, est la propriété du milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, qui préside le club de football de l’AS Monaco. (TOLGA AKMEN / AFP)

avatar

Anne ChépeauRadio France

Mis à jour le
publié le

La vente d’une œuvre de Léonard de Vinci, mercredi 15 novembre en soirée, à New York chez Christie’s, constitue à elle seule un événement exceptionnel, puisque moins de 20 tableaux du peintre florentin ont été préservés. La mise aux enchères est d’autant plus remarquable qu’elle concerne un bien controversé. Non seulement la toile, Salvator Mundi, estimée à près de 86 millions d’euros, est au cœur d’un litige judiciaire, mais un historien d’art français met également en doute l’intégralité de son authenticité.

La propriété d’un milliardaire russe

La vente sera suivie de près parce que son propriétaire, le richissime Dmitri Rybolovlev, accuse le marchand d’art suisse qui lui a vendu le tableau en 2013 pour près de 110 millions d’euros, de l’avoir surévalué. À voir ce soir, à l’issue des enchères new-yorkaises. La mise aux enchères est aussi intéressante parce que même si de nombreux experts ont authentifié le tableau, certains émettent des doutes sur le Salvator Mundi, Christ Sauveur du monde. C’est le cas du peintre et historien d’art, Jacques Franck, spécialiste de Léonard de Vinci. “Je ne reconnais pas, dans l’intégralité de cette œuvre, la présence de la main de Léonard de Vinci”, déclare-t-il.

Léonard a mis la main dans le tableau, mais je pense que c’est une œuvre d’atelier, qu’il a retouché plus ou moins plusieurs parties.

Jacques Franck, spécialiste de l’œuvre de Léonard de Vinci

à franceinfo

“Si c’était un véritable Léonard de Vinci, ce serait un événement qui n’existe qu’une fois par siècle”, ajoute le spécialiste.

Le doute dans le dessin d’un doigt

Jacques Franck a vu le Salvator Mundi en 2011, à Londres, lors d’une exposition à la National Gallery. Il a vu, dit-il, un tableau extrêmement abimé, avec des parties manquantes, notamment sur le visage. Le spécialiste des œuvres du maître de la Renaissance a aussi remarqué un détail qui ne correspond pas, juge-t-il, aux multiples compétences de Léonard de Vinci.

Ce qui cloche c’est le majeur dans la main droite du Christ. Sa représentation est fausse dans l’anatomie et dans la perspective. Ça, c’est rédhibitoire pour Léonard qui est un fin perspecteur et un grand anatomiste.

Jacques Franck

à franceinfo

L’historien d’art est affirmatif. Jamais, dit-il, le peintre n’aurait conçu une main fausse, d’autant que des dessins, des représentations de mains absolument magistrales sont disponibles pour étayer la comparaison. Jacques Franck pointe aussi les boucles de cheveux du Christ trop régulières et trop raides, selon lui, pour être de la main de Léonard de Vinci.

Le silence des experts

Jacques Franck est un peu seul à exprimer ouvertement des doutes. “Des gens soutiennent l’authenticité intégrale du tableau. Ils sont libres, mais je ne suis pas d’accord.”  Il affirme avoir des collègues qui ne s’expriment pas mais pensent comme lui.

Vu ce que l’on connaît de Léonard de Vinci, La Joconde, La Vierge au rocher, La Belle Ferronnière, ce n’est pas du tout en rapport avec ce que l’on nous présente.

Jacques Franck

à franceinfo

Au-delà du débat entre experts, le mauvais état avant restauration de ce Léonard de Vinci, le seul au monde entre des mains privées, pèsera peut-être sur son prix ce soir à New York.

About bill

Worked in the technical / engineering area as a Science Laboratory Technician and as an Aeronautics Engineer. The artistic side involves writing under the nom de plume of Billy Olsenn, his recently written play 'A Case of Wine' was staged by the players group Straight Make-Up at the 2012 Birr one act drama festival. It's next staging was in the one act circuit is in Cavan, at Maudebawn on Sat 10 Nov 2012. Then it was performed in the Bray, Co.Wicklow at the very popular one act festival in January 2013. Next play is FEAR. A dark tale about revenge on the cruel death of two pensioners by young thugs. Neighbours hatch a devious and dangerous plan to exact old-style revenge. Bill is a member of the Drama League of Ireland and his plays have been critically vetted and certified as original pieces of work by the DLI. Another literary project is that of commemoration of an aircraft crash on Djouce mountain in Wicklow in 1946. Bill wrote articles for the 50th, 60th and most recently the 70th anniversary, (12 Aug 2016) all were published in the Wicklow Times and ensured the survivors of the crash, all French Girl Guides, were not forgotten. Articles reproduced on this website. But mostly this site gives a more general European and specific French slant on popular and not so popular articles of French news, translated to English by the author. Each article is translated on a paragraph by paragraph basis so easy to read in either language and even possible to improve either language by comparison of the short English and French paragraphs. Amusez vous bien. The author is currently writing an easy to read technical aviation book centered around the Fokker 50. Another interest is that dealt with in another of Bill's websites www.realnamara.net, a Statue of the mother of God, Mary. It was erected in 1972 in Dublin, at the end of the Bull Wall near Clontarf, and my grandfather William Nelson, was the main instigator of that project. I give talks on the history of the statue and my grandfather's adventurous and dangerous life at sea. Technical assistance with each website is by J O'N.
This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *